Voici l’inauguration d’une partie du blog qui va s’étoffer au fil des rencontres par des interviews d’entreprises, de blogueurs ou tout simplement de gens dont j’ai trouvé l’activité intéressante.

Vous avez pu le constater, je ne cesse de vous spammer avec des tests de jeux de société sur ce blog. Et forcément, pour nourrir ma passion, j’ai eu besoin de me trouver une crèmerie chez qui me fournir, n’ayant pas toujours ce que je veux à portée de main dans le coin où j’habite. Dans ce billet, je vais vous présenter Philibert à travers l’interview de Michael, responsable de la VPC de la boutique.

Digital Wanderer (DW) : Bonjour Michael !
D’ores et déjà, je vous remercie pour l’interview que vous m’accordez.
Habitué à commander auprès de votre boutique, j’ai eu envie de faire découvrir ce bon plan aux internautes parcourant mon blog.
Pouvez-vous, s’il vous plait, nous présenter en quoi consiste Philibert ?

Michael : Bonjour à tous et merci de vous intéresser à nous avec cette interview ! Alors Philibert c’est une boutique spécialisée en jeux en tout genre! Notre principale activité est le jeu de société ou jeu de plateau dit "moderne" (allant du jeux pour Core Gamer aux jeux d’apéro) mais nous proposons également du Jeu de Rôle, des jeux de figurines, des jeux de cartes à collectionner, des casses têtes, des jeux "classiques" et traditionnels…
Bref,il y en a en gros pour tout les goûts.
Nous sommes présents sur internet avec notre boutique en ligne que vous connaissez et nous avons également deux boutiques "en dur" à Strasbourg, une principale où vous trouvez toutes nos gammes de jeux et une plus petite, Brin d’Herbe, qui s’adresse aux tout petits (jouets en bois, peluches…)

DW : Ayant travaillé pendant plusieurs années dans une boutique de jeux de rôle, jeux de figurines, jeux de société, j’ai assisté à l’émergence de la VPC via le web et même à des boutiques ne faisant que cela.
Lors de la création de Philibert, quelle fut votre approche stratégique par rapport à cette nécessité d’être sur le web ?

Michael : Lors de la création de Philibert, le net n’était pas développé! Philibert a 30 ans et nous avons créer notre site voilà environ 8 ans. L’ouverture d’une boutique en ligne permet de s’ouvrir au monde entier, nous avons des clients à travers le monde grâce à notre site internet. Internet a été une révolution dans la vie de tout les jours et nous nous devions donc d’être présent sur le web.

DW : Suite à une mauvaise médiatisation et des vulgarisations, le jeu de rôle a été touché à de nombreuses reprises par des « bad buzz » parce que les univers étaient pour la plupart mal compris. Le secteur tant pour les revendeurs que pour les créateurs souffrent-ils encore de ces « blessures » ?

Michael : Effectivement, différents événements combinés avec l’arrivée de Magic ont fait beaucoup de mal au Jeu de Rôle. Néanmoins, on voit que depuis plusieurs années , ce secteur se redresse petit à petit, de nouveaux petits éditeurs voient le jour et proposent de créations originales et les gros éditeurs rééditent des anciens JdR avec des succès variés. Casus Belli est repartie et d’autres magazines comme Di6dent ont vu le jour. Le JdR reprend du poils de la bête néanmoins je pense que tout les éditeurs de JdR restent encore prudent car nous n’avons pas encore retrouvé le niveau des années 80…

DW : Avez-vous une anecdote à confier à nos lecteurs concernant l’activité de Philibert ?

Michael : Au tout début du tout début de Philibert, lorsque nous cherchions encore notre positionnement, durant un Noël, et devant l’engouement pour ce jeu, nous avons vendu… des barbies…. mais nous avons vite arrêter, le JdR c’est mieux! :-)

DW : Vous possédez une page Facebook, un compte Twitter en plus de votre site internet permettant la vente en ligne. Comment interagissez-vous avec ces communautés qui vous suivent sur ces deux médias sociaux ?

Michael : Nous essayons de faire vivre ces différentes pages le plus possible. Bien sûr il y a la présentation des nouveautés et les annonces de sorties mais nous essayons de faire plus que cela en proposant des concours de différents types (remplir les bulles de notre page d’accueil, des quizz avec des pièces de différents jeux,…) , en mettant en ligne les photos de nos animations ou simplement en faisant part de nos coups de coeurs ludiques (un jeu, une émission sur internet,…)

DW : Sur Digital Wanderer, nous testons des jeux de société et en parlons à nos lecteurs. Avez-vous un jeu coup de cœur que vous avez eu particulièrement plaisir à découvrir ?

Michael : Un seul?! impossible ! Perso, je suis plus petits jeux fun et dans ce cadre là mes derniers coups de coeurs sont : Rumble In The House, Martian Dice ou encore Hanabi.
Rumble In The House
est un jeu complètement chaotique mais vraiment fun où des personnages se bastonnent joyeusement dans les différentes pièces d’une maison , le but étant de faire survivre ces personnages dans cette baston générale !
Martian Dice
est un jeu de stop ou encore là aussi bien fun, où nous, extra-terrestres, devont capturer le plus d’humains… mais comme nous ne savons pas ce que sont les humains, on capture tout ce qui passe Poulets, Vaches…
Hanabi
est un coopératif vraiment bien huilé avec juste ce qu’il faut de réflexion et de défi.
Sinon, en plus gros jeu, mon préféré reste Last Night On Earth… qui est selon moi l’ultime jeu de zombie !…. un seul jeu, impossible, on est des passionnés!

DW : Digital Wanderer, c’est aussi des découvertes musicales chaque semaine. Auriez-vous un artiste préféré à faire découvrir à nos lecteurs ?

Michael : Comme pour les jeux, il y en a pour tout les goûts et là aussi un seul est difficile ! Perso, j’adore Chinese Man, un Dj marseillais qui mixe différents sons traditionnels avec des rythmes hip hop. Au rayon geek et déjanté, je vous conseille YMCK qui fait de la musique avec des sons de console de jeux vidéos!! (note de DW: ce groupe de Jpop est juste excellent ^_^)
Sinon, mon dernier coup de coeur va pour Lyre le Temps, un groupe strasbourgeois qui monte !

DW : Merci pour cette interview et cette plongée au cœur de votre passion ! Un mot pour la fin ?

Michael : Banzaï !

Pour clore ce billet, je vous remonte mon expérience utilisateur du magasin. Commandant exclusivement par VPC, j’ai pu découvrir un magasin très réactif. Michael répond rapidement et patiemment aux mails (et je suis un client chiant qui pose plein de questions ^_^) et les envois sont rapides et soignés (différentes possibilités de livraison disponibles).
Les frais de port sont offerts à partir de 60 euros et le magasin pratique un système de points de fidélité qui s’accumulent commande après commande.
A cela, vous avez la possibilité de parrainer des gens qui lors de leur première commande bénéficieront d’un bon de réduction aussi bien pour eux que pour leur parrain.

D’un point de vue interface, le site propose des listes de suivi pour les produits épuisés et vous êtes prévenus par mail dès qu’il y a un restock. Autre point très très intéressant: la possibilité de commander les jeux en VO. Et ça, j’adore étant profondément anglophile.
Le site est ergonomique et permet de trouver facilement le jeu que l’on cherche.

En bref, c’est un site que je recommande pour tout amateur de jeu (même les jeux pour enfants ^_^) !