Tag Archive: ACTA


Retour vers le passé #5

Une semaine qui repart sur les chapeaux de roue avec un blog quelque peu bousculé par un déménagement (physique) qui ne me permet pas de rédiger aussi souvent que je le voudrais. Du coup, la publication des billets, dans les semaines à venir, risque d’être un peu plus erratique mais promis je n’oublie pas les quelques lecteurs qui viennent s’échouer ici par passion ou par pur masochisme  ^_^

Pour cette revue de la semaine écoulée, on va dire que c’est orienté autour de la liberté avec, d’ores et déjà, le rejet de l’ACTA par le parlement européen dont je parlais dans ce billet. Je ne résumerai pas plus: nous sommes juste débarrassés de cette accord liberticide visant à régir nos vies sur Internet mais également dans le domaine de la santé et de l’agriculture.

A ce titre, une ligue de défense de l’Internet est en train de se constituer afin de veiller à ce que nos droits soient respectés à l’avenir et pouvoir ainsi faire entendre nos voix comme ce fut le cas contre ACTA en cas de nouveaux projets ourdis par les ayants droits pour réduire nos libertés et augmenter leur profit. Bien entendu, il vous est possible d’y adhérer ;-)
Tout est expliqué dans cet excellent billet d’OWNI rédigé par Guillaume Ledit.

Pour rester dans la thématique mais cette fois-ci, coté illustration, je vous propose de découvrir The Avengers sous la forme d’illustrations médiéval fantastique par Durrrrian et trouvées sur le blog de UFUNK. Un extrait, pour le plaisir des yeux avant d’enchaîner sur la suite:

Mon début de semaine dernière a été aussi la découverte d’un manifeste proprement touchant qui a résonné chez moi, étrangement, la sensation de reconnaître certaines choses qui m’échappaient jusqu’à maintenant. Je développerai sans doute ma réflexion dans un autre billet. En attendant, je vous partage ce lien vers le manifeste queer rédigé par LaMarquise.

Nous restons dans l’intime avec une analyse du mec trop bien qui se fait exploiter par toutes les « salopes » qui lui préfèrent les mecs durs, virils, machistes et égoïstes qui les font pleurer. Une fine déconstruction portée par la plume acérée de l’Elfe sur son blog Les Questions Composent.
Petit bémol constaté sur ses derniers billets: les trolls divers et variés se sont donnés le mot d’ordre pour venir faire ch… et saboter toute discussion constructive autour de ces portes ouvertes à de nombreuses réflexions. C’est assez agaçant de voir un travail de qualité saboté par quelques empêcheurs de tourner en rond incapables de produire eux-mêmes autre chose qu’un fiel narcissique et stérile…
Enfin, voilà c’était mon coup de gueule et je vous recommande de suivre ce blog animée par une auteure patiente aux idées brillantes!

Toujours dans le domaine intime, une tranche de vie issue du blog du Mauvais Genre rappelant encore une fois à quel point l’hétérosexisme marque les discussions et conditionne la perception que les hommes ont des femmes. Également des comportements que l’on pourra sans nul doute observer en soirée lorsque certains sujets « chauds » seront abordés. En effet, la norme ainsi que ce qui est soit-disant « naturel » semblent primer sur toutes formes de remise en question et d’évolution des questions de société liées aux genres et à la perception que nous en avons…

Nous finissons sur une note plus coquine, clairement orientée sexualité avec ce billet publié sur MadMoizelle, détaillant à l’aide de quelques témoignages des raisons pour lesquelles nous pouvons être amenés à regarder du porno. Contenu intéressant démontrant que le porno peut s’adresser aussi bien aux hommes qu’aux femmes bien que je reste persuadé que le porno mainstream est bien loin de prendre en compte les désirs féminins et a une tendance forte à conditionner les désirs féminins selon la norme masculine sexiste.

Voilà pour ces quelques lectures de la semaine précédente!

Bonne semaine!

A lecture de cette nouvelle issue de La Quadrature du Net, je ne pouvais que me fendre d’un billet pour saluer cette avancée de la démocratie grâce au rejet d‘ACTA par le parlement européen suite à la mobilisation citoyenne contre cette forfaiture qu’avait tenté de nous passer les lobbys industrielles du divertissement pour protéger leur commerces lucratifs du droit d’auteur.

L’heure est sombre pour eux, car, adjoint au rejet de leur filouterie, la Cour de Justice de l’Union Européenne a également décrété l’illégalité des DRM. Pour mémoire, les DRM sont ces verrous « sympathiques » qui permettent entre autre d’empêcher le consommateur de disposer du contenu intellectuel qu’il a acheté légalement de manière physique ou dématérialisée.
Un nouveau coup d’épée contre ceux qui se mettent entre l’auteur et le public, qu’on ne peut que saluer.
Une nouvelle voie ouverte pour réinventer ce droit d’auteur que les ayants-droits n’ont de cesse de mettre en avant à leur profit, bien loin de protéger les auteurs qui devraient être les réels bénéficiaires de leur propres productions artistiques.

Pour mémoire, voici ce qu’aurait pu être l’ACTA afin de ne pas oublier ce qu’il faut combattre à l’avenir (car l’ayant droit, comme le morpion, est tenace et tentera sans nul doute de revenir à la charge) :

A présent, comme le souligne La Quadrature du Net, il s’agit de repenser le droit d’auteur de manière à permettre que les remix et autres partages ne soient plus pourchassés pour nourrir quelques ayants droits trop gras. Ce rejet prouve qu’il est possible de faire bouger les choses autrement en permettant au peuple de participer à la décision.

Dans ce cas, pourquoi ne pas faire participer également le peuple dans la conception de cette loi redéfinissant le droit d’auteur?

Internet a prouvé par sa capacité à produire du contenu littéraire, musical, tout simplement artistique de manière gratuite qu’il y avait matière à faire pour rémunérer ces artistes autrement qu’en passant par les ayants-droits grippe sou.

Car au fond qu’est ce qu’un ayant droit sinon un distributeur qui se permet de prélever une dîme directement sur la production de l’artiste et ce de manière outrancière tout au long de la vente de l’oeuvre?
Distributeur qui justifie son rôle à travers le marketing et la publicité menés autour de ce qu’a produit l’auteur. Un job de conseil qui bien souvent se contente d’assommer le consommateur potentiel de merchandising abusif dénaturant parfois l’oeuvre au point de la transformer en bien de grande consommation…

Pendant longtemps, j’ai hésité à publier mes différents écrits, de peur de me les faire « voler » par les ayants-droits. Bilan, après de multiples hésitations, je me suis quand même lancé, faisant confiance aux Licences Creative Commons qui incitent au partage gratuit pour permettre de faire connaître un auteur sans pour autant l’obliger à payer sa promotion. Je crois en ces licenses et je suis persuadé qu’elles sont une partie de la solution pour permettre la mise en avant de nouveaux artistes en se détachant des modèles économiques rouillés des lobbys industriels.
L’art est une forme de mobilisation citoyenne et l’ACTA a été défait par cette mobilisation mondial à travers les médias sociaux mais également via des manifestations physiques importantes.

Se réapproprier la distribution, c’est tout simplement hacker les ayants-droits, leur faire un immense pieds de nez en leur rappelant que ce ne sont pas les auteurs qui dépendent d’eux mais bien le contraire. Les remettre à la place qu’ils n’auraient jamais du quitter: des conseillers d’auteurs et non des dictateurs de la culture.

De fait, que deviendraient ces fameux ayants-droits sert-à-rien si l’intégralité de la production artistique se passait d’eux pour travailler directement de l’auteur au public?

Je suis certain que vous avez la réponse sur le bout de la langue…

Retour vers le passé #3

La semaine passée a été marquée par une grande victoire pour la liberté d’Internet à travers le cinquième rejet subi par ACTA au cours du vote de la commission INTA.  Pour celles et ceux qui ont dormi les six derniers mois, ACTA, c’est cet accord négocié dans le plus grand secret par les lobby industriels pour préserver leur main mise sur le consommateur et le citoyen. Heureusement, les initiatives portées par des collectifs comme la Quadrature du Net mais également par Anonymous et d’autres ont permis le recul et l’éveil de la conscience citoyenne contre cette menace pour nos libertés. Néanmoins, comme le rappelle la Quadrature, il reste encore le vote en plénière du parlement européen la semaine prochaine qui sera déterminant pour enterrer définitivement ACTA!

Autre article, autre univers mais qui peut inquiéter: ce billet publié sur OWNI qui traite des drones, ces appareils sans pilote auquel l’industrie de l’armement s’intéresse fortement et qui peut présager des guerres sans aucun soldat impliqué dans les affrontements. Cela peut rappeler Terminator et ses fameux engins pilotés à distance par des ordinateurs contrôlés (au départ!) par des êtres humains.
A la fois préoccupant si utilisés à des fins militaires pour tuer des civils/soldats de manière totalement impersonnels (cela revient à « jouer » à un jeu vidéo et à distancer le pilote du drone de sa capacité évidente à donner la mort) mais c’est également un outil très utile pour combattre la censure tels que les appareils que Télécomix compte livrer aux opposants à Bachar el Assad en Syrie pour filmer les manifestations et les exactions commises.
Il y a de quoi avoir des avis très partagés concernant cette technologie qui peut aussi bien servir que desservir l’Humanité…

Je change de sujet avec ce billet rédigé sur MyCommunityManager par Anne Delauney et qui traite avec brio de sémantique dans le web. A l’heure où le mot « communauté » est utilisé à toutes les sauces dans le domaine du web, du marketing et du comunity management, le billet se penche sur l’étymologie de ce mot, ses origines mais également tous les sens qu’il implique. De quoi mieux comprendre ce qu’est une communauté dans son sens profond et de fait, ne plus l’utiliser à tort et à travers parce que ça se fait ;-)

Parlons également cette semaine de sexisme bienveillant avec ce billet qui détaille avec force d’exemple les dangers qui y sont liés.
J’en parlais déjà
: le sexisme bienveillant qu’il soit dans le travail ou ailleurs est une plaie et l’auteur du billet souligne le risque que nous encourrons à vouloir sexualiser compétences et postes au point de réserver certaines fonctions à une femme ou un homme.

Je clos cette courte revue de la semaine par un billet sur Madmoizelle qui se penche sur l’adéquation possible entre relation longue et vie sexuelle épanouie. De multiples témoignages viennent étayer cette réflexion qui, à mon sens, apportent une preuve supplémentaire que le couple mono-partenaire n’est plus le modèle évident à adopter dans une société en pleine évolution.

Avez-vous également des liens d’articles intéressants à partager sur la semaine précédente?

Depuis le début de la semaine, une véritable guerre de l’information a éclaté entre les autorités représentées par le FBI  et les différents collectifs de hackers. En effet, Lulzsec aurait été décapité suite à l’arrestation par le FBI de son leader présumé, Sabu (en lien le portrait fait par Jellyfish)
Ce collectif de hackers, plus ou moins affilié à Anonymous, s’est illustré entre autre par des actions très agressives contre Sony et d’autres grands groupes courant 2010. Une de leur branche, Antisec, aurait également collaboré dans la récupération des données de Stratfor divulguées depuis peu par Wikileaks.

Par le biais de Fox News, le FBI explique avoir « retourné » Sabu en faisant pression sur lui (en gros, tu vas en prison et tu perds la garde de tes deux enfants ou tu bosses en taupe pour nous) afin qu’il balance ses anciens collègues. La manière dont l’histoire est orchestrée donne l’impression que les autorités tentent de provoquer des dissensions en instillant un sentiment de profonde paranoïa chez les collectifs de hackers en leur faisant croire qu’ils pourraient être infiltrés et balancés à tout moment auprès du FBI.

S’ajoutent à cela des propos tenus par Symantec en tout début de semaine affirmant qu’Anonymous aurait été parasité par un virus de type cheval de Troie lors de l’assaut massif sur différents sites étatiques suite à la fermeture éclair du site MegaUpload par le FBI. Zeus, le virus en question, aurait circulé via un programme de déni de service vérolé mis à disposition par un utilisateur malveillant.

Les deux faits mis l’un à côté de l’autre donnent l’impression que les autorités sont rentrés sur le terrain de la com ‘ si chère à Anonymous afin d’essayer d’attaquer profondément le collectif en le discréditant, en faisant peur à quiconque oserait le rejoindre.

Le blog Girls and Geeks apporte une réflexion pertinente sur l’après Lulzsec suite à cette trahison forcée imposée par les autorités…

Cette répression opérée par les autorités n’est pas sans rappeler une autre lutte, celle contre l’ACTA toujours d’actualité même si on n’en parle moins.

Une nouvelle manifestation est prévue le 10 mars et vous pouvez retrouver toutes les villes participant à l’évènement ici !

Torrentnews rappelle d’ailleurs pourquoi il faut manifester contre cette loi liberticide puisque celle-ci aura, si d’aventure elle est adoptée, un impact catastrophique sur nos libertés sur Internet mais également au niveau de l’exploitation et de l’utilisation des médicaments ou des semences agricoles.

Certains eurodéputés semblent ne pas vraiment se préoccuper des conséquences possibles de l’ACTA alors que d’autres, comme Françoise Castex, se mobilisent contre l’accord.

Les avis sont toujours divisés et c’est une raison supplémentaire pour continuer à lutter pour arrêter cette pieuvre lancé par les ayant droits pour défendre leur modèle économique anachronique.

D’ailleurs, Avaaz, fort de sa précédente pétition de plus de 2,5 millions de signataires, lance un nouvel appel, cette fois-ci destiné à José Manuel Barroso, président de la Commission européenne.

En tant qu’internaute encore libre, c’est le moment de continuer à parler, manifester, s’inquiéter, se révolter pour repousser ces mesures liberticides qui ne profiteront qu’à un petit nombre au nom d’un droit d’auteur qui ne rémunère plus l’auteur en lui-même mais l’intermédiaire entre le public et le créateur. Intermédiaire dont l’utilité est à présent plus que discutable voire facultative à l’ère des nouvelles technologies de l’information et de la communication permettant une diffusion directe de l’auteur vers ses fans…

Le samedi 25 février approche et on ne parle jamais assez de l’ACTA et de ses méfaits possibles si le texte venait à être adopté. Il s’agit de la dernière ligne droite pour faire entendre sa voix avant le premier débat public devant la commission du commerce international au Parlement européen le 1er mars.

D’où ce billet de rappel pour faire un point sur les raisons pour lesquelles il faut continuer à propager les informations contre ce projet de loi liberticide.

D’ores et déjà, parmi les quelques nouvelles de la semaine, nous apprenons par Numerama que la Commission européenne s’est décidée à demander son avis à la Cour de justice européenne afin de vérifier que l’ACTA ne limite pas la liberté d’expression de tout un chacun.

Reste à savoir, comme le soulève Guillaume Champeau, si la Commission ne se pose pas les mauvaises questions.

Pour rappel, l’ACTA, c’est une belle cochonnerie, qui ne touchera pas seulement Internet et sa neutralité mais également les médicaments génériques (et pas seulement), ainsi que les semences. Au nom d’une lutte contre la contrefaçon et pour la protection du droit d’auteur, c’est un recul profond et unilatéral sur nos libertés personnelles avec le risque de se voir nier le droit d’accès à la culture, aux médicaments génériques facilitant l’accès aux soins et aux semences permettant de nourrir des populations dans le besoin. Un rappel en images par la Quadrature du Net de ce à quoi nous nous exposons en laissant passer l’ACTA :

Si ce n’est pour nous, c’est le moment de lutter contre cette aberration qui ne sert que les grands lobbys économiques qui ont déjà toutes les cartes en main pour mettre à genou n’importe quel pays dans le monde. Il serait dommage de donner encore plus de pouvoirs à des entreprises qui ne travaillent plus pour l’être humain mais pour des bénéfices totalement délirants.

Où que vous soyez, rejoignez le mouvement et si vous ne pouvez pas, parlez-en, partagez autour de vous et faites en sorte que votre voix soit entendue auprès des eurodéputés qui subissent déjà des pressions énormes de la part des lobbys tentant de sauver leur immonde pieuvre.

Pour conclure ce nouvel appel, un billet issu du blog du modérateur qui résume très bien les différents évènements autour de l’ACTA ainsi que son processus de ratification ou de rejet via une infographie empruntée à OWNI et un autre qui nous offre la vision d’Amelia Andersdotter, jeune eurodéputée suédoise du Parti Pirate, occupant le poste clé de rapporteuse pour la commission ITRE (Industrie, recherche et énergie), chargée de donner son avis sur l’ACTA.

Que vous soyez anonyme, indigné ou simple citoyen du monde, c’est le moment de se soulever contre ce traité injuste au nom de la liberté d’expression et le droit de vivre dans un monde qui ne soit pas complètement écrasé par des puissances financières inhumaines et déjà bien trop omniprésentes !

Souvenez-vous du 11 février où la foule anonyme était déjà nombreuse! Faisons en sorte d’être encore plus nombreux physiquement et sur les réseaux pour protester et nous faire entendre!