Ce billet fait écho à ce court article  rédigé pour le blog de nouslesgeeks  (que je vous encourage à suivre 😉 ). Par plaisir et par amusement, j’ai eu l’envie de développer certaines parties évoquées rapidement. Je précise que ce billet est à prendre au second degré !

Retrouvez également les premières parties à ces liens:

Vampires Numériques #1: Hidden Lurker

Bonne lecture !

Oiseau bleu qui rime avec sang bleu…     

Quel bel outil que ce magnifique oiseau au ramage pouvant laisser espérer des ambitions de noblesse pour les vampires numériques que nous sommes…

Il est certain que le réseau est séduisant. Je disais précédemment que, nous, vampires, aimions avoir des cohortes de goules buvant sans réfléchir nos paroles et c’est exactement ce que Twitter peut permettre à notre blême communauté.

Bien entendu, en tant que chef de file, maître d’orchestre ou tout simplement gourou d’influence, nous avons ce pouvoir mystique d’influer sur les hordes mortelles en diffusant nos pensées et nos désirs. Nous offrir un tel outil, quelle aubaine dans ce monde numérique en plein essor…

 Une horde fidèle et nombreuse…

Et nombreux sont ces mortels à s’abonner à nos fils d’actualité, espérant le follow back tant attendu, le RT de notre part à nos milliers de suivants, ce grand délire d’être rediffusé et d’être considéré ne serait ce que 15 secondes. Et surtout le plaisir de signaler que Lestat de Lioncourt vous a mentionné, vous insignifiant mortel dans le pépiement ininterrompu de ce réseau ouvert à tous.

Oui, car contrairement à Google+, je peux enfin assumer ma véritable identité et même prétendre que je suis multiple ! Le multicompte Twitter, quelle belle invention pour usurper des identités…

 Un délire d’ego ce fameux volatile ?

Sans doute, et les vampires numériques que nous sommes en profitons, nous nourrissant de cette dévotion et l’exploitant à nos fins les plus sombres de manipulateurs des sociétés humaines, lançant des tendances, les inversant, les annihilant dans nos jeux de pouvoirs délirants.

Les rumeurs ont bon dos et le flirt avec la diffamation tellement excitant par instant…

 Noblesse d’âme, valeur monétaire…

Quitte à faire abstraction de toute morale, pourquoi ne pas se vendre et, par la même, disposer de ses hordes pour faire de l’argent ?

Diffuser une information purement commerciale à nos milliers d’abonnés contre quelques dollars ?

Voilà de quoi renflouer les vampires numériques fauchés.

Mais à quel prix ?

Au prix que Klout vous aura bien entendu noté car, quel bonheur de constater que nous existons sur une échelle de 1 à 100 déterminant notre degré d’influence sur le world wide web social.

Même les vampires numériques ont une valeur monétaire sur les réseaux sociaux à présent…

 Personal Branling ?

Oui, c’est notre credo, à nous vampires numériques. Après avoir chassé nos victimes sur Facebook et Google+, nous constituons à présent notre cheptel d’influence sur Twitter dans des buts qui ne sont visiblement pas vraiment nobles. Mais qu’importe pour des monstres millénaires qui aiment influer sur les masses mortelles tout en restant cachés derrière notre écran, à pianoter frénétiquement de nos doigts décharnés…

Nous préparons ainsi notre attaque sur les réseaux sociaux professionnels que sont LinkedIn et Viadeo, mais cela sera bien entendu abordé dans un prochain billet…

Vampires Numériques #3, c’est par ici!