The Legend of Zelda, ou tout simplement l’aventure la plus épique qui ait jamais été créée par Shigeru Miyamoto et Takashi Tezuka en 1986 sur la NES. Déclinée en de nombreux volets, l’aventure connue de tous nous fait suivre les péripéties de Link à la recherche de la Triforce pour délivrer la princesse Zelda emprisonnée par le terrible Ganon.

Je ne me pencherai pas sur le gameplay, l’histoire ou les séquelles mais plutôt sur l’ambiance musicale unique composée par Koji Kondo et largement reprise en hommage par différents artistes.

Un thème lancinant

Qui ne se souvient pas de cet écran d’accueil et de cette musique mystique :

Si vous êtes, comme moi, un geek à tendance régressive, vous ne pouvez qu’avoir des frissons en entendant ce thème et en revoyant ces images.

Le talent de Koji Kondo est évident : nous faire ressentir ce souffle épique à travers une composition aux notes très limitées (n’oublions pas que la NES a un processeur 8bits.) n’est pas à la portée du premier venu.

L’aventure commence

 Souvenez-vous ce moment où vous avez pris la manette pour la première fois et que vous avez découvert votre épée de bois pour aller pourfendre vos premiers octorocs (ces charmantes petites pieuvres rouges qui crachent des pierres sur Link).

A nouveau, une musique épique, moins mystique plus rapide pour accompagner votre périple et la découverte du monde d’Hyrule :

 

Et dans les ténèbres, la Triforce, tu trouveras

Et le premier donjon s’ouvre à vous avec ses salles tarabiscotées, ses monstres vicieux et surtout ce thème oppressant, cette sensation d’écho, d’être perdu dans les ténèbres avec peut être l’espoir, à l’issue de la rencontre avec le terrible gardien de la Triforce.

Fermez les yeux et laissez vous emporter :

Des thèmes repris et honorés

Ces trois thèmes à eux seuls ont marqué des générations de joueurs et des artistes leur ont rendu hommage en leur apportant leur patte.

System of a down en une petite minute nous offre un délire profond autour de Zelda (cadeau bonus, un joli clip animé pour accompagner ce tribute)

 Une autre composition bien plus metal, bien plus rock s’intèresse à l’oeuvre musicale de Koji Kondo

C’est péchu, bien arrangé et ce cover appuie les qualités du thème initial.

Et c’est aussi des compositions classiques que The Legend of Zelda inspire comme ce fabuleux medley de thèmes issus des différents jeux liés à ce mythe :

 Un souvenir recurrent

 The Legend of Zelda, c’est une expérience musicale, prenante, profonde, qui submerge les sens d’émotions, de souvenirs qui nous ne quittent pas et nous rappellent à cette époque révolue avec une certaine nostalgie enfantine…

 

Publicités