Si vous êtes comme moi de la génération Club Dorothée, vous vous êtes peut être à un moment pencher sur les génériques de ces dessins animés qui ont bercé notre enfance.

Personnellement, j’ai été choqué par les différences flagrantes entre le générique français repris par la bande à Dorothée et les génériques japonais originaux.

Voilà ce que je vais vous faire partager dans ce billet.

Dragon Ball

Vous connaissez l’histoire de Goku ou du moins, vous en avez entendu parlée. En tout cas, voici d’ores et déjà ce qu’Ariane a commis pour nous faire connaître cette série animée :

L’effet d’écho est terrifiant et si, certes, c’était destiné aux enfants (enfin perso j’étais adolescent à cette époque) ça choque quelque peu lorsque les premiers génériques japonais sont enfin arrivés en France.

Je vous laisse juger par vous-même :

Le ton est donné, totalement différent, et colle beaucoup plus à l’ambiance de la série. C’est péchu, puissant, l’impression de s’envoler auprès de Goku pour aller affronter les terribles Sayens est bien présente.

Comme vous vous en doutez, je préfère.

Saint Seiya

Ou tout simplement les Chevaliers du Zodiaque en français. Autre animé exporté par le Club Dorothée et cette fois-ci couvert par Bernard Minet. Des enfants lisent peut-être ce blog, alors je m’abstiendrai de dire ce que m’inspire véritablement ce portage :

Bon l’avantage, c’est que c’est tellement franchouillard que l’on ne peut pas se planter dans l’origine de la chanson…

La version japonaise bien moins décevante :

Comme pour Dragon Ball, le souffle épique est omniprésent dans le générique japonais, l’interprétation française ayant vraisemblablement manqué cet aspect qui caractérise tant ces deux shonen.

Ranma ½

Promis, après ce paragraphe, je cesse de taper sur Bernard Minet.

Voilà l’accusation :

Et voici ce qui a été profané:

La série a quelque chose d’un peu déjanté que l’on ne ressent pas dans la reprise faite par Bernard… Et du coup, une fois de plus, on a l’impression que le générique ne nous vend pas le contenu tel qu’il est présent dans l’animé.

Dragonquest : Dai no Daiboken

Parmi les derniers arrivages du Japon avant la fermeture du Club Dorothée, Fly (c’est la traduction française) a malheureusement été couvert par Bernard Minet (oui, j’avais dit que j’arrête mais c’est plus fort que moi.)

C’est là que l’on se rend compte que Bernard Minet compose toujours la même chose. Je me demande ce que ça pourrait donner à l’accordéon…

Donc la version japonaise honteusement trahie :

Pour la petite histoire, la série est inspiré d’un manga lui-même issu de la célèbre série de jeu vidéo Dragon Quest.

Jayce et les Conquérants de la lumière

Exception aux séries présentées ci-dessus, Jayce a été diffusée sur TF1 dans l’émission Salut les p’tits loups en 1985 et est issue d’une coopération française, japonaise et américaine dans la réalisation.

Fait étonnant, le générique américain comme le générique français sont identiques ! Aucune réinterprétation malheureuse et surtout au final une qualité musicale indéniable.

La version américaine :

La version française:

Instant nostalgie, je n’ai pas résisté au plaisir de vous partager la version longue du générique français.

Tout cela pour dire qu’il est possible de respecter l’œuvre originale.

Après, je ne suis pas bégueule et je reconnais que Dorothée et son club ont permis l’introduction du manga et de l’animé en France.

Qu’en pensez-vous ?

Découvrez également la série Full Metal Alchemist!

Publicités