Si vous avez apprécié la version classique de Citadelles, vous apprécierez sûrement sa version alternative avec des personnages bien plus complexes. Si vous ne savez pas ce qu’est Citadelles, je vous encourage à découvrir le jeu  à travers ce billet avant d’aller plus loin.

Dix nouveaux personnages

Voilà ce que propose la version expérimentée du jeu. L’idée est de remplacer tout ou en partie les personnages de base par leur homologue numéroté de 1 à 9.

Oui, vous avez bien lu 9 ! En effet, la version de base de Citadelles se joue à 7 joueurs et l’expérimentée intègre un 9e personnage permettant de jouer à 8, ce qui ajoute du piment supplémentaire dans les choix et le développement de votre citadelle.

Je vous propose dès maintenant de nous pencher sur chacun des nouveaux personnages et de voir les apports stratégiques !

La Sorcière

Dans l’ordre d’appel, elle vient se substituer à l’Assassin. Son pouvoir moins brutal que celui du planteur de dague prive néanmoins le joueur qui en est victime de son tour. La Sorcière, dès qu’elle est révélée, va ensorceler un autre personnage. Par la suite, elle prendra ses pièces d’or ou ses cartes puis finira son tour. La fin de son tour (c’est-à-dire, les constructions) se déroulera durant le tour du joueur ensorcelé qui ne pourra que prendre ses pièces d’or ou ses cartes et n’utilisera même pas son pouvoir « vampirisé » par la Sorcière. Moins agressif que l’assassinat, ce pouvoir présente un aspect tactique non négligeable, permettant de pourrir partiellement le développement d’un joueur en lui niant son pouvoir et son tour de construction sans pour autant l’empêcher d’accumuler des ressources pour les tours suivants.

Le Bailli

Il vient remplacer le Voleur et se positionne au 2e rang dans l’appel. Son pouvoir est « permanent », c’est-à-dire qu’il fonctionne pendant le tour des autres joueurs, y compris pendant le tour de l’Assassin qui joue avant lui. En tant que collecteur des taxes, il perçoit automatiquement une pièce d’or à la fin du tour de tout joueur ayant construit et ayant encore de l’or bien entendu. Moins hasardeux que son compère le Voleur, le Bailli assure souvent une rentrée d’au moins une pièce d’or par tour sinon plus.

Le Sorcier

Pendant du Magicien, ce dernier passe également en 3e position et propose un pouvoir qui attaque la main des joueurs adverses mais d’une manière bien particulière. Celui-ci va permettre à son propriétaire de regarder la main d’un adversaire, d’y choisir une carte quartier et soit de la construire, soit de la prendre en main. Par ailleurs, cette construction ne rentre pas dans la limite d’un quartier par tour fixée par les règles. La flexibilité, couplée à la précision de ce pouvoir, rend ce personnage très puissant, peut-être plus que le Magicien, dans un sens.

L’Empereur

4e personnage venant remplacer le Roi, il perçoit comme son collègue royale des revenus des quartiers jaunes. En revanche, il ne récolte pas la couronne lorsqu’il est révélé mais va la redistribuer à un autre joueur qui lui donnera une pièce d’or en échange. Il ne peut, de fait, pas lui-même bénéficier du poids du pouvoir. En revanche, son apport tactique est évident car il permet d’être le second joueur à choisir le personnage le tour suivant, ce qui est bien souvent la meilleure place, offrant à la fois le choix et la connaissance à 50%  de ce que le premier et le dernier joueur vont avoir entre les mains.

L’Abbé

Personnage religieux percevant les revenus des quartiers bleus à l’instar de son homologue l’Evêque auquel il se substitue, l’Abbé récupère une pièce d’or du joueur le plus riche. En revanche, il ne perçoit rien du tout s’il est lui-même le plus riche ou s’il y a une égalité entre deux joueurs. Personnage à mon sens relativement faible par rapport au personnage de base qui offre, lui, une véritable protection.

L’Alchimiste

6e personnage qui prend la place du Marchand. Contrairement à ce dernier qui perçoit les revenus des quartiers verts, l’Alchimiste est incolore mais bénéficie d’un pouvoir très puissant. L’or qu’il dépense pour construire un quartier lui est rendu après la construction, lui permettant de bâtir « gratuitement ». Le pouvoir peut paraître puissant mais reste anecdotique à mes yeux, limitant et surtout très dangereux dans le cas où le Voleur ferait parti du jeu. Bref, j’ai des doutes quant aux réels apports tactiques de ce personnage.

Le Navigateur

Digne remplaçant de l’Architecte, notre voyageur des sept mers s’oriente dans le développement pur au point d’être affligé de la tare de ne pas pouvoir construire à son tour. En revanche, ce défaut est contrebalancé par un pouvoir très puissant. Il peut opter pour la pioche de 4 cartes ou la prise de 4 pièces d’or, en plus des deux pièces d’or ou des deux cartes habituelles. C’est un pari risqué qui permet de sacrifier le déploiement de sa citadelle au profit d’un renforcement de ses ressources pour les tours à venir. Très bon personnage pour le joueur qui prévoit ses tours à l’avance.

Le Diplomate

Il vient en substitution du Condottiere, en 8e position. A défaut de détruire les quartiers, il va procéder à l’échange d’un quartier de sa cité avec celui d’une autre citadelle, tout en s’acquittant de la différence en pièces d’or si le quartier qu’il donne a un coût moindre que celui du quartier récupéré. Bien entendu, comme son homologue militaire, il perçoit des revenus des quartiers rouges et ne peut s’en prendre à l’Evêque. Le pouvoir de ce personnage est bien plus puissant que celui de son homologue, tout simplement parce qu’il offre de belles surprises sans pour autant ralentir le développement du jeu de la table. D’une part, c’est la possibilité de priver un joueur de ses cinq couleurs ou de compléter sa propre citadelle par le panachage adéquat rapportant les précieux points de victoires manquants. C’est aussi une solution contre les merveilles pénibles en les récupérant à son compte. C’est aussi la possibilité de développer une entente avec un autre joueur en lui donnant volontairement des ressources pour lui permettre de bâtir et d’avancer.

La Reine et l’Artiste

Ces deux personnages sont ce que j’appellerai, des poubelles de table. Leur pouvoir est anecdotique, aléatoire mais permettent d’avoir un 8e joueur à la table, ce qui est bien leur seul intérêt. La Reine offre trois pièces d’or si son joueur chanceux se retrouve assis à côté du joueur qui a pris la carte Roi (y compris s’il a été assassiné). De fait, il n’est pas possible de la jouer si le jeu ne contient pas le Roi mais l’Empereur.

L’Artiste, quant à lui, permet à son propriétaire « d’embellir » jusqu’à deux quartiers par tour en rajoutant une pièce d’or sur la carte, augmentant à la fois le coût pour détruire/voler le quartier, ainsi que le nombre de points de victoire qu’il rapporte à la fin de la partie. Le pouvoir est anecdotique même s’il peut, sur un malentendu, sauver par moment le joueur l’utilisant.

Des stratégies complexifiées

L’introduction de ces 10 nouveaux personnages offre de nouvelles possibilités. D’une part, l’aspect modulable, permettant d’intégrer partiellement ou complètement les nouveaux rôles génère des variantes très nombreuses avec des interactions assez surprenantes. La Sorcière, le Sorcier, le Diplomate modifient drastiquement la manière de jouer, obligeant les joueurs à se creuser la tête encore plus dans l’anticipation des tours à venir. Là où les personnages de base ne véhiculent que peu d’incertitude dans le déroulement du tour, les nouveaux présentent des rebondissements assez surprenants et un facteur chaos indéniable.

De fait, leur utilisation est à déconseiller avec des débutants : il est, en effet, nécessaire d’avoir déjà bien intégré les principes de bases pour profiter pleinement des approches stratégiques et techniques proposées par ces pouvoirs assez exotiques.

Je clos ce billet sur une touche musicale issue d’une composition de Peter Gabriel pour la bande originale du film The Last Temptation of Christ. La piste intitulée The Feeling Begins a quelque chose de mystique, évoque en moi une cité orientale perdue dans le désert, où se trament complots, drames et coups fourrés dans une ambiance politique délétère, Citadelles en gros ^^

Bonne écoute et bon jeu!

Découvrez également l’excellent jeu Bang!

Publicités