Gargoyle’s Quest fait partie de ces jeux dont tout possesseur de Game Boy se souvient avec une certaine nostalgie. Un des premiers softs à sortir sur la portable de Nintendo qui a fait découvrir aux joueurs du monde entier un univers sombre, macabre et surtout une difficulté à nulle autre pareille.

Souvenez-vous donc de cette musique inquiétante qui accueillait le joueur sur l’écran de sélection :

Capcom nous met aux commandes Firebrand, gargouille de son état dont  le royaume des goules vient quérir l’aide pour lutter contre l’invasion des Destructeurs menée par le terrible roi Breager.

In media res

Telle est la technique narrative proposée par Capcom, plongeant le joueur directement dans l’action. La difficulté est ardue et je suis certain que vous avez du passé un certain temps sur ce premier niveau dont la musique est devenue légendaire :

La composition est pressante, soulignant le danger de ce premier niveau dans lequel le joueur doit se battre pour survivre aux pièges et aux ennemis qui ne cessent de le harceler jusqu’au premier boss dont le thème musical sera synonyme de tous les dangers puisque repris sur les boss suivants:

Le thème est épique et marque un pic dans le climax de tension entretenu durant cette première étape du jeu. La frustration est d’ailleurs à son paroxysme si le joueur vient à échouer à ce stade du jeu tant les efforts déployés peuvent avoir été importants pour y parvenir (ou je devais vraiment être mauvais à l’époque du haut de mes dix ans ^_^) .

Overworld

Cette première étape franchie, le joueur se trouve relâché dans le royaume des goules, ravagé par la guerre et où la suspicion règne. Le thème accompagnant cette découverte est poignant et surprenant au vue des faibles capacités de la Game Boy. La console portable monochrome dévoile une bande son sensible, qui va envelopper le joueur durant ses explorations à ciel ouvert d’une mélodie rêveuse et entêtante :

Bien entendu, ce thème sera entrecoupé de traversées épiques de ravins, de ponts où Firebrand risquera régulièrement sa peau de gargouille entre les précipices, les monstres avides de le dévorer et les différents pieux sur lequel il risquera de s’empaler.

Le thème encourage la prudence, prolonge l’attention du joueur tout en lui offrant une expérience musicale aventureuse.

Des havres de paix ?

C’est la question que je me suis toujours posé à l’orée des villages du royaume des goules. Le thème musical comme les réactions hostiles à l’égard du héros dénotent clairement la suspicion qui y règne, la terreur inspirée par les Destructeurs et le manque de foi des goules qui sont pourtant venus demander après Firebrand pour les sauver.

Ce sera l’occasion pour le joueur de découvrir la légende de Red Blaze, le mystérieux sauveur qui balaya jadis l’armée des Destructeurs lors d’une autre invasion. Mais ce sera aussi le plaisir de se faire « arnaquer » par les marchands locaux qui n’auront de cesse d’augmenter le prix des objets nécessaires à la quête de la gargouille.

Des hommages vibrants

Je ne détaillerai pas le reste de la quête de Firebrand. En revanche, j’ai découvert quelques covers reprenant avec talent et émotion certains des thèmes les plus célèbres de ce jeu mythique.

D’ores et déjà, un remix metal de Harjawaldar qui nous offre un medley dynamique, envoûtant reprenant avec sensibilité et pêche différents thèmes du jeu :

Ecoutez bien, je suis certain que vous allez retrouver certains des themes évoqués au dessus dont le fabuleux Overworld Theme.

Ce thème, qui est sans nul doute mon préférée du jeu, est recomposé par illuminatus13 sous une forme orchestrale simplement magnifique. L’émotion transmise par le thème original est sublimé à un niveau dramatique très poussé. Un véritable délice, touchant, émouvant…

Qu’en pensez-vous ?

Découvrez également les aventures de l’oncle Picsou dans Duck Tales!

Publicités