Découverte récente, Dixit fait partie de ces jeux mêlant habilement poésie, intuition et esprit déductif.

Ce jeu de société créé en 2008 par Jean-Louis Roubira et magnifiquement illustré par Marie Cardouat vous propose de voyager dans un monde onirique où les images ont autant d’importance que les mots prononcés.

Le principe

Le jeu de base se joue 3 à 6 joueurs. Chacun reçoit 6 cartes illustrées et un joueur est désigné conteur. Celui-ci va choisir secrètement une de ses cartes et énonce une phrase, un mot en rapport avec l’illustration sélectionnée. Les autres joueurs choisissent à leur tour une carte dans leur main et celles-ci sont mélangées face cachée avec celle du conteur.

Les six cartes sont révélées et chaque joueur à l’exception du conteur va voter pour la carte qu’ils pensent être celle correspondant à la phrase.

Des points sont ensuite attribués en fonction des votes, sachant que si la carte du conteur est désignée par tous les joueurs ou n’est pas du tout choisie, celui-ci écope d’un beau malus (tous les joueurs marquent deux points sauf lui).

Le gagnant est celui qui a marqué le plus de points jusqu’à ce qu’il ne soit plus possible de distribuer de cartes (chaque main de cinq cartes est complétée d’une sixième carte à l’issue du dépouillement du vote).

Un jeu de déduction

Dixit mêle habilement intuition et déduction pour permettre de déterminer quelle est la carte du conteur. Que ce soit par un petit détail ou simplement par la connaissance approfondie du référentiel du conteur, c’est autant d’indices qui permettent de faire mouche fréquemment.

Aussi la connaissance des autres participants semblent très importante non seulement dans l’énonciation de la phrase (et être certain qu’elle sera comprise par au moins un joueur) mais également par la sélection de sa carte en tant que joueur pour espérer récolter au moins un vote et glaner sur le dos d’autrui des points.

Des illustrations poétiques

Les cartes du jeu de base semblent être issues d’un rêve de notre enfance. Les tons sont pastels, les illustrations sont très colorées et mettent en scène des personnages issus des contes. Dans la même verve, une certaine poésie se dégage de ces images et, il est possible, avec un certain élan lyrique, de composer des phrases qui, tout en étant légèrement cryptiques, peuvent rendre hommage à ces illustrations.

Des extensions

Non content de fournir déjà 84 cartes, Dixit comporte également plusieurs extensions, chacune apportant son lot de nouveautés. Dixit 2 propose ainsi 84 nouvelles cartes diversifiant et augmentant la durée de vie du jeu.

Dixit Odyssey apporte, quant à lui, 84 cartes complémentaires, un plateau de jeu supplémentaire, de nouveaux pions, des variantes ainsi que la possibilité de jouer jusqu’à 12 joueurs.

Et puis, Dixit Jinx, qui, sans être une extension à proprement parlé, est une version alternative du jeu de base, proposant à la place des cartes habituelles un ensemble d’illustrations abstraites.

Révélateur de notre inconscient

C’est peut être un brin excessif mais j’ai eu la sensation en découvrant le jeu, en prenant les cartes en main que les illustrations ont une capacité à transmettre une part de nous dans la manière dont nous allons les utiliser pour mettre en scène les pensées du conteur ainsi que nos propres pensées. Ce jeu nous dévoile d’une manière très poétique, avec une certaine pudeur.

Tenté(e) pour découvrir ce jeu ?

Qu’en pensez-vous ?

Découvrez également le jeu de cartes à collectionner, Wakfu!

Publicités