La fête de la Saint Valentin et son lot de bêtises, voilà ce que j’en retiens à mesure que le temps passe et cette pseudo-fête se répète avec d’autant plus d’artifices marketing.

Ce qui est assez surprenant, c’est que cette tradition telle que nous la « célébrons » chaque année est bien différente de ce qu’elle était au départ.

En faisant un petit saut dans le passé, cette célébration avait pour nom lupercales dans la Rome antique et se présentait comme une fête de la fertilité en l’honneur de Pan et de Junon, considérations bien éloignées de nos habitudes actuelles. Je vous laisse regarder le lien pour découvrir les raffinements de l’époque dont étaient victimes les jeunes femmes souhaitant stimuler leur « fertilité ».

Il faudra attendre le quatorzième siècle en Angleterre pour que l’on parle vraiment de billets doux échangés le 14 février. En effet, l’amour, auparavant, semblait plus lié à un échange physique qu’à une véritable émulation sentimentale de l’amour.

Reste qu’avec le temps, le simple aspect de déclaration amoureuse s’est peu à peu mué en une véritable fête marketing où il est de bon goût d’offrir à son valentin ou à sa valentine un cadeau pour lui faire part de son amour.

Vous n’avez pas d’idée ? Maïa Mazaurette sur sexactu propose un ensemble de liens assez truculents qui décrédibilisent bien cette fête mercatile.

Détail amusant, certain(e)s internautes ont ouvert sur Tumblr un espace pour dénoncer cet impact marketing sur l’amour en se déclarant Occupy Valentine’s Day, inspiration du mouvement des Indignés à Wall Street (entre autre et aussi d’autres places financières comme La Défense, pas si loin de chez nous).

L’idée est très bonne et prouve une fois de plus que l’amour, ça se célèbre tous les jours et pas seulement quand les marques ou autres conglomérats économiques ont décidé que c’est le moment.

Détail plus inquiétant mais qui n’est pas des moindres et qui prouvent que la Saint-Valentin, c’est aussi une manière de déculpabiliser, cette affiche rappelle à quel point cette fête peut être une excuse pour les maris/compagnons/petits amis violents pour se faire pardonner de leurs outrages quotidiens.

La Saint-Valentin, au même titre que bien d’autres fêtes, véhicule une vision remarquablement sexiste de la femme et la positionne une fois de plus dans un rôle de princesse attendant le prince charmant hyper violent mais toujours parfait en société…

Cela fait réfléchir sur les portées profondes que cette célébration peut avoir…

Je finis sur une touche plus légère et j’arrête de gueuler (qui a dit comme un putois ? :-p). Toujours par l’excellent sexactu, deux billets traitant d’un problème récurrent, que ce soit pour les hommes ou les femmes : le fameux râteau qui nous fait nous dire, mais pourquoi ???

Déjà, un outil qui vous propose de remplir un formulaire pour demander poliment à votre râteau qu’est ce qui n’a pas marché, pourquoi et qu’est ce qui peut faire que ça ira mieux la prochaine fois. Bon, comme j’ai pu l’évoquer précédemment dans ce billet, je ne suis pas certain qu’établir des statistiques de la sorte soient forcément profitables (même si effectivement, certaines règles de base peuvent s’appliquer, comme prendre soin de soi et être présentable à un rendez-vous, tout en étant naturel et sincère !).

Autre billet détaillant une excuse apparemment fréquemment utilisée pour éconduire un prétendant ne convenant pas, la pause pipi. Enrichissant, ça apporte quelques billes supplémentaires même si comme toujours, je pense que c’est à prendre avec des pincettes et que cela dépend évidemment de la personne avec qui vous discutez, de la situation etc.

Et pis pour finir, une petite perle musicale découverte récemment (oui je sais, je découvre les trucs en décalage ^_^). Il s’agit d’une chanson de Dionysos en duo avec Olivia Ruiz et extraite de la Mécanique du Coeur. C’est très dans le move Dark Saint-Valentin et ça me plait bien.

 

 

Bon tout ça pour dire que la fête de la Saint-Valentin, c’est surfait et je m’en vais réécouter du Paramore en attendant le prochain 14 février pour râler à nouveau contre les campagnes marketing assommantes si les sites de rencontre et leur love coachs n’ont pas eu notre peau avant 😛

Publicités