Cette semaine, je vous propose de nous pencher sur un jeu de plateau relativement ancien mais qui est passé dans le domaine du classique pour qui aime bien fouiner dans ce type de jeu. Découvert alors que j’étais encore enfant, il s’agit de Talisman.

Créé en 1983 par Robert Harris et édité par Games Workshop, j’ai eu le plaisir de me plonger dans la seconde édition de ce jeu.

Je vous propose dans ce billet de nous intéresser plus particulièrement à la 4e édition, parue en 2008 chez Fantasy Flight Games (oui je suis un aficionado de la VO) mais qui est également disponible chez Edge Entertainment pour qui aura la patience de chercher.

Principes directeurs

Conçu au départ pour 2 à 6 joueurs, le jeu s’accommode facilement de plus de participants en apportant quelques modifications à la courbe de progression afin d’accélérer la partie. Les joueurs prennent pied dans le monde de Talisman, un univers médiéval fantastique  où chacun va incarner un personnage parmi les 14 disponibles dans la version de base. Ces héros se distingueront à travers différentes caractéristiques : force, esprit, points de vie, de destin et capacités spéciales…

Cela va du guerrier, au troll, en passant par le sorcier et j’en passe et des meilleurs.

Le but du jeu est d’être le premier à obtenir la couronne de commandement située au centre du plateau. Pour cela, les joueurs auront à parcourir les chemins du royaume, celui-ci étant divisé en une zone extérieure, une zone intermédiaire (dont l’accès est protégé par la terrible sentinelle) et la zone centrale, région de tous les dangers mais passage obligatoire pour accéder à la précieuse couronne perdue dans la vallée du feu.

Les joueurs se déplacent en laissant un dé à six faces et choisissent dans quelle direction envoyer leur personnage. L’arrivée sur une case générera un évènement ou le tirage d’une ou plusieurs cartes aventures qui apportera des bénéfices ou des malus au joueur y échouant. Il sera aussi possible d’en découdre avec les autres joueurs présents sur la case pour leur dérober des objets ou simplement tenter de les tuer.

Des mécanismes empruntés au jeu de rôles

Bon, il ne sera pas question d’interpréter le rôle du personnage que l’on vous aura attribué (quoique ça puisse être cocasse de s’exprimer comme un troll durant toute la partie ^_^). En revanche, votre personnage évoluera à mesure qu’il affrontera des monstres (augmentation de caractéristiques telles que la force ou l’esprit), trouvera des objets (magiques ou pas) et rencontrera des compagnons qui lui prêteront main forte dans sa quête. Afin d’accéder à la vallée du feu et donc à la couronne, chaque joueur devra se munir d’un talisman, qui est, comme vous vous le doutez, disponible en nombre limité.

Des extensions

Dès sa création, le jeu a bénéficié d’extensions permettant d’étoffer le plateau de nouvelles zones et d’enrichir l’expérience de jeu par l’introduction de nouveaux personnages ainsi que de cartes supplémentaires pour pimenter l’aventure. La 4e édition ne fait pas exception et bénéficie dans ce sens de six extensions.

Certaines apportent des rajouts de plateaux, d’autres des règles supplémentaires par l’introduction de nouveaux adversaires et toutes des cartes supplémentaires, que ce soit des cartes aventures ou des nouveaux personnages.

En perpétuelle évolution

C’est la sensation qu’il ressort d’une partie de Talisman. Chaque partie est différente grâce à la présence d’un contenu riche et un aspect aléatoire qui, sans être frustrant comme ça peut être le cas dans certains jeux, apporte un renouvellement perpétuel de l’expérience ludique.

Le jeu est, qui plus est, très accessible, tout en offrant des subtilités qui augmentent le plaisir de jeu.

En bref, c’est un classique que je vous recommande à défaut d’essayer, au mieux d’acheter pour l’intégrer dans votre ludothèque.

Qu’en pensez-vous ?

Découvrez également l’excellent jeu de cartes coopératif, Space Hulk: Death Angel!

Publicités