Extrêmement fort et incroyablement près (Extremely Loud and Incredibly Close) est un drame américain réalisé par Stephen Daldry, sorti le 25 décembre 2011 aux Etats-Unis et le 29 février 2012 en France. Le film est une adaptation du roman éponyme de Jonathan Safran Foer sorti en avril 2005.

Celui-ci relate l’histoire d’Oskar Schell (Thomas Horn), un jeune garçon de neuf ans dont le père interprété par Tom Hanks trouve la mort durant les attentats du 11 septembre 2001. Oskar découvre peu après le décès de son père une clé dans un vase et développe la conviction que celle-ci ouvre une serrure lui permettant d’accéder à quelque chose que son père lui aurait laissé avant de mourir. S’en suit une quête à la découverte de New York et de sa population.

La bande annonce en elle-même est emplie de promesses quant à la qualité du film.

La voici :

La thématique principale du film s’articule autour de la relation d’intense complicité entre le père et son fils. Tout au long de l’intrigue, Oskar va explorer cette relation par des flashbacks dans lesquels Tom Hanks campe un père attentif, tendre et aimant, stimulant son enfant par des défis tant intellectuels que physiques pour l’inciter à s’ouvrir au monde.
En effet, Oskar est un garçon introverti, dans son monde, aux limites de l’autisme et la quête de la clé apparaît rapidement comme une obsession autour de laquelle il tisse une véritable stratégie pour passer au peigne fin la ville et les gens susceptibles d’avoir un lien avec l’objet et son père.

C’est le second thème qui vient se greffer à l’intrigue : les Black. La découverte de la clé s’accompagne également d’un nom de famille (Black) autour duquel Oskar va définir une zone de recherche déterminée. L’action est audacieuse, surprenante par la technicité avec laquelle le jeune garçon construit son raisonnement. A partir de cette liste, Oskar va renouer avec la population, en se forçant à sortir de son monde, de sa souffrance liée à la perte de son père pour découvrir des gens bien différents de lui, mais, qui en retour lui apporteront énormément.

Un thème mineur vient se greffer aux pérégrinations du garçon sous la forme d’un vieil homme muet. Paternité et racines seront au centre de la relation qu’Oskar tissera avec ce vieil homme qui pourrait se révéler comme plus que le colocataire de sa grand-mère. Les échanges entre les deux personnages sont remarquablement surprenants et viennent redonner un souffle à l’intrigue à un moment où le film commence à souffrir de longueurs.
C’est d’ailleurs le principal reproche que l’on pourrait faire à la réalisation : le film s’embourbe parfois dans des moments un peu long qui lassent le spectateur.

La grande qualité du film vient, en revanche, de son côté introspectif souligné par la voix d’Oskar venant décrire ses pensées profondes. Couplée aux images, cette voix intérieure guide le spectateur et l’immerge de manière évidente dans l’univers clos du jeune garçon.

Sa mère, interprétée par Sandra Bullock, occupe très peu de place dans le film comme pour souligner le déséquilibre émotionnel que le garçon ressent pour son père disparu. Certains moments dans le film sont très éprouvants lorsqu’Oskar déverse sa rage, sa souffrance et sa frustration sur sa mère encore vivante, à son grand regret.

En ce sens, la relation entre les deux personnages est relativement bouleversante et constitue un des grands moments du film, les liens apparemment brisés se ressoudant finalement pour une happy end mêlant nostalgie et mélancolie.

J’avoue avoir un avis assez mitigé sur ce film qui m’a laissé quelque peu sur ma faim, en partie à cause d’une bande annonce bien trop prometteuse pour être honnête. Certaines scènes sont poignantes, les thématiques traitées sont bien représentées, les personnages crédibles mais il manque quelque chose sans que je ne parvienne à mettre le doigt dessus. Vous ne perdrez pas votre temps à aller le voir même si je pense que ce n’est pas un film adapté au format cinéma.

Quel est votre avis sur le film ?

Découvrez également V pour Vendetta, film engagé et troublant!

Publicités