En rédigeant le titre du billet, je réalise que c’est le 28ème vendredi, c’est cover, soit plus de sept mois que je vous abreuve des mes trouvailles, de mes découvertes, de mes coups de coeur.
Sans que cela soit un billet anniversaire, je vous propose de nous pencher sur quelques covers réalisées autour de la chanson Breed de Nirvana.
Nous avions déjà vu quelques covers sur la chanson Smells Like Teen Spirit, composition extraite de Nevermind au même titre que Breed.

Even if you have
Even if you need
I don’t mean to stare
We don’t have to breed
We could plant a house
We could build a tree
I don’t even care
We could have all three
She said

Complainte d’une jeune femme enceinte d’un enfant non désiré?
Mystère en tout cas dans cette composition lancinante structurée autour de deux strophes récurrentes hurlées par Kurt Cobain. Violence, regret, amertume et mort lente et programmée de toute volonté.
Voilà les impressions qui se dégagent de cette chanson très sombre.

Cette chanson a bercé mon adolescence et c’est non sans un profond plaisir que je l’ai retrouvée entre les mains du groupe de nu metal Otep dans une version d’une agressivité en rapport avec la violence transmise par la chanteuse du groupe, Otep Shamaya.
Plus qu’une cover, cette recomposition propose en plus un clip traduisant visuellement la chanson, lui offrant une approche différente et portant des valeurs qui méritent d’être développées.
C’est un véritable clip féministe, dénonçant le conditionnement implicite, voire subliminal, imposé aux petites filles à travers une imagerie de princesse stéréotypée. Là où la version de Nirvana garde un rythme constant, la version d’Otep s’achève par un cri de rébellion contre ces valeurs étouffantes d’un autre âge, révolte qui va crescendo tant dans les images que dans la composition par une agressivité et une violence croissante.

Dernière cover que je souhaitais vous faire partager, bien plus soft et relativement fidèle à l’originale, il s’agit d’une version live du groupe Superbus. Le décrochage peut faire mal aux oreilles après Otep mais je dois avouer que le groupe français s’en sort plutôt bien.
Sans être innovants, ils offrent un hommage très honnête à la chanson de Nirvana.
La voix rock  de Jennifer Ayache bien que plus légère que celle d‘Otep Shamaya ne manque pas de punch et assure une cover récréative très sympathique.

En préférez-vous une plus que l’autre?

N’hésitez pas à partager les covers que vous aimez autour de Breed ici!

Découvrez également les différentes versions de Scarborough Fair!

Publicités