Cette série de 6 tomes est librement inspirée du jeu vidéo éponyme sorti sur GameCube en 2004.
Ayant eu un véritable coup de coeur pour ce jeu, j’ai souhaité me procurer la série manga pour voir si elle était à la hauteur des excellents moments passés auprès de Lloyd Irving (le héros) et de sa troupe de compagnons.

Souvenez-vous du trailer captivant diffusé à l’époque de la sortie du jeu:

Avant toute chose, je vous détaille rapidement l’histoire, du moins son amorce.
L’action prend place dans le monde de Sylvarant au côté de Lloyd, jeune épéiste orphelin, vivant à Iselia, le village où l’élue sensée sauver le monde est née. Colette, la dite-élue, va recevoir l’oracle la consacrant dans son rôle et débutant le périple pour la régénération du monde afin de chasser les Désians, des demi-elfes, opprimant les humains dans des fermes où ceux-ci sont torturés pour produire de mystérieuses ex-sphères, artefacts magiques capables de donner des pouvoirs surhumains à son porteur mais pouvant également le tuer si utiliser de la mauvaise manière.

Voilà en quelques mots le synopsis.

Pour le reste, l’intrigue suit parfaitement le jeu vidéo et, si vous y avez joué, vous ne serez pas perdu, bien au contraire.
Pour quelqu’un n’y ayant pas du tout touché, l’histoire est parfaitement retranscrite, tout en évitant les longueurs, les ellipses fréquentes ne nuisant pas à la compréhension. Au contraire, ce parti pris apporte un dynamisme à l’action et permet à l’auteur de se consacrer au développement des personnages et des liens les unissant.

A ce titre, Tales of Symphonia est un petit bijou d’interactions humaines, les convictions et les motivations de chacun des protagonistes étant largement creusées apportant une compréhension profonde de leur psychologie. De fait, l’auteur n’hésite pas à aborder des thèmes sensibles tels que le racisme et la difficulté à trouver sa place dans un monde où les demi-elfes sont traqués et tués au point qu’il est difficile de distinguer les victimes des bourreaux.

Le vaste complot éventée par Lloyd et ses amis est fidèle à l’oeuvre vidéoludique originale et ne souffre pas du format court des mangas, les 5 premiers étant consacrés à l’histoire principale et le dernier à des director’s cut, mini histoires s’intercalant tout au long de la série pour expliquer et approfondir certains personnages (dont l’excellent Kratos, pour moi le véritable héros du jeu vidéo et du manga ^_^).

Graphiquement, Hitoshi Ichimura a reproduit avec respect l’univers du jeu vidéo et les 6 volumes sont de vibrants hommages à l’action décrite dans le jeu de Namco. Les combats sont remarquablement dynamiques, courts, incisifs et servent avant tout à mettre en avant les oppositions entre personnages, les convictions pour lesquelles ils sont prêts à faire le sacrifice de leur vie.

Cette courte série mérite de figurer dans votre collection et si ce n’est pas encore le cas, foncez la découvrir dans votre librairie le plus proche, vous ne serez pas déçu!

Découvrez également l’histoire vibrante d’émotions de Rosette et de Chrno dans Chrno Crusade!

Publicités