Pour cette revue de la semaine, je vous propose de faire vibrer le g33k en nous à travers une série de reportages issus de l’excellent site OWNI.

A l’occasion de l’impertinent Pas Sage en Seine, les journalistes d’OWNI ont couvert l’évènement à travers différents reportages très bien documentés et agrémentés de vidéos interviews d’intervenants importants de ce festival se moquant gentiment de Futur en Seine, l’autre festival officiel consacré au numérique.

Le premier article présente les bases de la réunion à travers des conférences autour du numérique, de son utilisation, de sa philosophie bien loin des intérêts avant tout économique des sociétés du net. Le second porte sur les fablab et le DIY (Do It Yourself) professé par la culture geek, qui revient à hacker le monde pour l’adapter à ses besoins et non d’en subir les conséquences sans aucun contrôle sur ce que l’on fait.
En bref, une mise en application de la philosophie développée dans les conférences initiales, le hacking comme état d’esprit.
Le troisième, quant à lui, pose la question de la place du g33k dans la société à travers la représentation politique et son implication dans la conception des règles autour des nouvelles technologies de l’information et de la communication, laissées à l’heure actuelle entre les mains de personnalités politiques qui sont loin d’être de vrais spécialistes de la question.
Le billet de conclusion de ces quatre jours de festival introduit un dinosaure, Laurent Chemla, venu faire le triste constat que rien n’a véritablement changé sur le réseau et qu’il reste encore et toujours des choses à faire pour défendre un internet citoyen et libre.

Quatre billets et des interviews à parcourir pour découvrir un univers qui a de plus en plus d’influences sur nos vies de tous les jours et qui constituent à mon sens un développement évident de notre société pour le futur pas si loin que nous le pensons.

Nous changeons d’univers pour découvrir l’origine du baiser avec Agnès Giard sur son blog les 400 culs qui déconstruit au moyen d’un article l’évidence du baiser comme manifestation de l’amour voué à l’être adoré. L’on y découvre que cette pratique est pour ainsi dire assez récente et se trouve loin d’être partagé dans toutes les cultures, certains considérant le baiser comme un acte sexuel et non une manifestation sensuelle d’amour comme nous le vivons actuellement.

Côté féminisme, madmoizelle.com s’intéresse au langage et à ses répercussions sexistes dans nos manières de nous exprimer. Grand amateur de mots, je ne pouvais louper cet article qui résume assez bien nombre d’incongruités sexistes qui traînent à longueur de temps dans nos bouches et dans nos écrits.
De quoi repenser positivement la langue en mettant à plat ces éléments grammaticaux et lexicaux dénigrant le genre féminin à notre insu.

Et pour clore cette revue, je vous propose de vous pencher sur les nouvelles façons d’aimer listées par les Inrocks. La cougar est évidemment citée mais également le polyamour ainsi que d’autres formes d’organisations amoureuses plus ou moins officieuses.
De quoi remettre en question la notion de couple traditionnel!

Avez-vous également découvert d’autres choses surprenantes la semaine passée?

Publicités