Premier album studio d’Epica sorti en 2003, The Phantom Agony fait parti des plus belles réalisations du groupe, certains regrettant même les orientations prises dans leur dernier album Requiem for the Indifferent. En lui-même, l’album regroupe des pistes de très grandes qualités dont la thématique pour certaines appartient au cycle The Embrace That Smothers composé par le guitariste fondateur du groupe Mark Jansen. Ce thème s’oriente autour des dérives provoquées par la religion, de leurs répercussions et des dénonciations qui en sont faites.
Le cycle est conduit dans cet album mais également dans The Divine Conspiracy.

Follow your common sense
You cannot hide yourself behind a fairytale forever and ever
Only by revealing the hole truth can we disclose
The soul of this sick bulwark forever and ever
Forever and ever

Ainsi débute Cry for The Moon (The Embrace That Smothers Part IV).
La composition dénonce les abus sexuels commis par les prêtres de l’église catholique  et la mise en scène musicale plonge l’auditeur dans ce drame effrayant à l’aide de différents artifices forts à propos. Le premier d’entre eux est l’usage récurrent tout du long de la chanson de séquences chantées par un chœur auquel succède la voix angélique de Simone Simons.

Indoctrinated minds so very often
Contain sick thoughts
And commit most of the evil they preach against

A ce court couplet est enchainé la troisième voix orientée death metal de Mark Jansen qui se pose comme le juge des crimes commis par les prêtres catholiques. La voix est dure, agressive, sans aucune concession pour le violeur.

Don’t try to convince me with messages from God
You accuse us of sins committed by yourselves
It’s easy to condemn without looking in the mirror
Behind the scenes opens reality

Et ainsi s’articule la chanson alternant ces trois « voix », l’une après l’autre, la sensation que victime, peuple et juge s’expriment sur ces crimes honteux.

Vous vous en doutez, je vous l’ai déjà dit à plusieurs reprises, j’adore cette chanson capable d’exprimer tant d’émotions en seulement 7 minutes de temps. A noter que la chanson a bénéficié d’une version single assez étrange, sorte de remix électro qui donne plutôt pas mal mais qui est, de fait, plus éloigné du style habituel du groupe.

La composition suivante, Façade of Reality (The Embrace That Smothers Part V) traite d’un sujet sensible, les attentats du 11 septembre et le groupe met en exergue la folie du fanatisme en choisissant de critiquer directement la pensée unique de certains extrémistes religieux qui veulent soumettre les mécréants à leur religion.
La voix aérienne de Simone Simons décrit la naissance des religions en ces mots:

People created religious inventions
To give their lives a glimmer of hope
And to ease their fear of dying
And people created religious intentions
Only to feel superior and to have a license to kill

A laquelle succède la voix démoniaque de Mark Jansen, assumant le rôle du fanatique religieux au désir de mort bien plus puissant que le désir de vie des mécréants qu’il souhaite tuer dans ses attentats.

Our desire to die is stronger
Than all your desire for life
There is no getting away from it now
Only true faith survives

Au même titre que Cry for the Moon, la chanson alterne les chœurs en latin avec les « grunt » de Jansen et les envolées lyriques de Simons, les phases se succédant de manière fluide et puissante.



Autre composition qui a attiré mon oreille, Seif Al Din (The Embrace That Smothers – Part VI) traite du fondamentalisme religieux (plus précisément ici, l’islamisme) et critique vivement les exactions commis par les hommes du pouvoir qui ont appuyé leur règne sur l’interprétation des textes sacrés pour virer vers des états totalitaires où la religion n’est que le glaive exprimant leur domination.
La religion ne libère plus mais enserre et emprisonne le peuple…

The origin of a dogma
Placed in a new millennium
Vilified demons have been embraced
And given a warm welcome

The Seif al Din
Hasn’t got the ghost of a chance to rust
Because it has always been kept in shape
In serving the one Almighty

La voix de Mark Jansen est largement exploitée dans cette composition, Simone Simons venant essentiellement en support via des focalises fortes à propos pour atténuer la brutalité intrinsèque de la chanson. Une césure (sous forme de voix off) en plein milieu de la composition vient se poser en explication, selon Epica, de ce qui fait que la religion sert avant tous les hommes de pouvoir.

The rudiments have always been misinterpreted during history,
despite the good intentions of many disciples who’s faithful believe was strong and unswayed.
Most leaders interpret the old words to their
advantage in the attempt of gaining leadership and power
over those unfortunate enough to fall under their maliciousness and manipulative ways.
This misuse of trust will forever stain the pages of history,
echoing the exploitation and the frailty of decent
men carried away by nurtured rancour…

A noter que sans bénéficier d’un clip dédié, une danseuse du ventre, Mahafsoun offre une belle visibilité à cette excellente composition!

La dernière piste à vous partager est sûrement une des chansons les plus célèbres du groupe. Il s’agit de The Phantom Agony.
Son introduction est légendaire et je ne résiste pas au plaisir de vous la retranscrire ici!

I can’t see you, I can’t hear you
Do you still exist?

I can’t feel you, I can’t touch you,
Do you exist?

The Phantom Agony

I can’t taste you, I can’t think of you,
Do we exist at all?

Le murmure de la chanteuse est déroutant, envoûtant, remarquablement inquiétant.
La composition porte sur les mystères de l’existence, sur ces questions que l’on se pose à longueur de temps, qui nous paralysent et nous empêchent d’agir et la chanson s’articule dans ce sens alternant les phases de questionnements portés par le choeur et les instants de réponses amenés par Simone Simons. La peur de la mort est récurrente dans la chanson et souligne le désir de l’être humain de savoir ce qu’il y a de l’autre côté. A noter que la chanson bénéficie d’un clip, quoique un peu kitsh, plutôt sympathique🙂

Bien entendu, ce ne sont que des extraits de l’intégralité de l’album que je vous conseille d’explorer en profondeur, celui-ci recelant de nombreuses trouvailles magnifiques.
En préférez-vous une parmi ces quatre?

Découvrez également les compositions sensuelles d’Origin, premier album d’Evanescence!