J’ai une fâcheuse tendance à prendre le train en route et voilà que je ne découvre cette magnifique série que maintenant. Adaptée du roman éponyme de l’écrivain américain George R. R. Martin, cette création télévisée d’HBO (déjà responsable de True Blood) nous entraîne dans le monde sombre des 7 couronnes, royaume où la guerre couve alors que le roi agonisant Robert Baratheon soulève des opposants jusque dans son cercle intime.

Au nord, le mur protège de l’invasion des sauvageons et la rumeur colporte la venue de créatures terrifiantes, les marcheurs blancs.
Au sud, dans la capitale, certains murmurent que les Lannister agiraient contre le roi pour lui prendre le pouvoir.
Et à l’est, l’héritier légitime du trône, destitué par le roi actuel, rumine sa vengeance et projette de se servir des hordes barbares grâce à sa sœur offerte en présent à un de ces chefs de guerre impétueux.

Les réalisateurs nous plongent dans un univers fantasy très sombre où les personnages ont tous quelque chose d’inquiétant et leur aspect au départ un peu froid, le temps que l’intrigue et les nombreux protagonistes se mettent en place, s’estompe pour laisser place à une véritable complicité entre le spectateur et ces héros.

N’ayant pas lu les livres, un fait m’a frappé: la présence de nombreuses femmes au casting et non pas dans un rôle de potiche comme c’est malheureusement souvent le cas dans les saga de fantasy. Etait-ce voulu par l’auteur?

En tout cas, cela donne un véritable tonus à l’histoire, chacune ayant sa place et n’étant pas forcément là pour mettre en avant les hommes de l’intrigue, bien au contraire. Des caractères bien trempés jusque dans la plus jeune, Arya Stark, qui m’a littéralement conquis. Rebelle, elle refuse de se plier au destin que son père lui promet: être l’épouse d’un seigneur, nous restons quand même dans un monde médiéval sous testostérone par moment. Elle se forme au maniement de l’épée et revendique du haut de ses dix ans une vie en totale opposition à celle de sa sœur, soumise au diktat patriarcal.

A l’identique le destin houleux de la jeune Daenerys Targaryen, mariée de force par son frère à un chef de guerre dothraki, va s’élever dans sa prison et prendre peu à peu le contrôle de sa vie, s’émancipant de la domination des hommes, prenant le pouvoir dans tous les sens du terme et manifestant à l’égard de son époux une forte opposition aux pratiques violentes de la horde lors des conquêtes (viol des esclaves pour ne citer que cela…)

Sans être féministe véritablement, la série présente des personnages féminins forts et complexes, capables de s’opposer aux hommes, de vivre en s’émancipant d’eux et d’avoir une position qui ne se réduit pas uniquement à être la femme de.

Les personnages masculins ne manquent également pas de saveur. Je pense entre autre à l’excellent Tyrion Lannister, nain débauché et cynique, qui arpente en toute impunité les 7 royaumes, brandissant le nom de sa famille en guise de protection afin de se sortir de toutes les embuches. Au départ très antipathique, le personnage se dévoile petit à petit par son esprit vif et retors et il en devient attachant dans ses luttes au sein des complots tissés par sa famille.

Également, le bâtard des Stark, Jon Snow (je dois avoir un faible pour les personnages « martyrisés » par la vie) qui va s’enrôler dans la garde de nuit, milice chargée de défendre le mur de l’invasion des sauvageons et qui va peu à peu découvrir les mystères du nord et la légende terrifiante des marcheurs blancs.

De fait, vous l’aurez compris, la série mêle des thématiques puissantes et variées où chacun pourra y trouver ses petits. Intrigue politique complexe et jeux de pouvoir, occultisme, guerres, une fresque épique à découvrir d’urgence. Deux saisons sont déjà sorties et la troisième est en cours de tournage.

Et cerise sur le gâteau, le générique d’introduction est tout simplement sublime tant dans la musique que dans les images associées.

Le voici d’ailleurs:

Ressentez-vous le souffle épique? 😉

Publicités