7 années se sont écoulées depuis la défaite de Dracula face à Simon dans Castlevania et, pourtant, le mal s’insinue toujours plus profondément, menaçant jusqu’à la vie du héros qui se découvre maudit par le comte qu’il avait pourtant défait. Condamné à mourir très prochainement, Simon Belmont reprend son fouet pour réunir les restes du plus célèbre des vampires, éparpillés au quatre coins de la région dans des manoirs truffés de pièges vicieux et défendus par des monstres terrifiants. Une fois sa quête achevée, il pourra ressusciter le comte et en finir une bonne fois pour toute en le détruisant définitivement, du moins, c’est ce que le scénario optimal prévoit!

Voilà en quelques mots le synopsis de cet excellent titre sorti par Konami sur NES en 1987 et qui, je l’avoue, a été mon premier Castlevania, sur lequel je me suis fait les dents, que je n’ai jamais réussi à finir tant la difficulté m’a semblé parfois insurmontable (l’anglais étant sans doute une barrière certaine pour un enfant de 9 ans😛 ).

Pourtant il s’en dégage des souvenirs émus, un véritable plaisir du jeu, une ambiance particulière transmise entre autre par des musiques sublimes dont je vous parlais dans ce compendium en décembre dernier. Je n’y reviendrais pas mais Bloody Tears est sans doute ma composition préférée de l’univers tant elle est dynamique, puissante, épique et en même empreinte d’une profonde nostalgie.

Au plus profond du bois, les loups attendent Simon!

Je vais plutôt m’intéresser au système de jeu qui se révèle être une introduction étonnante du RPG dans un univers initialement très action/plateforme. Simon va parcourir un monde riche en contenu aux proportions labyrinthiques où il sera éminemment facile de se perdre voire de mourir lamentablement. Qui plus est, villes et villages viendront entrecouper ces explorations avec la possibilité d’échanger quelques mots avec les autochtones afin de découvrir les manoirs où sont dissimulés les fameux restes de Dracula. Egalement, ce sera l’occasion pour notre chasseur de vampires préféré de se ravitailler en équipement et d’augmenter considérablement son armement pour faire face aux ennemis toujours plus puissants et dangereux. C’est une partie de l’aspect RPG intégré dans le soft et qui s’accompagne d’un système de leveling où le joueur va pouvoir faire évoluer la puissance de Simon selon le nombre d’ennemis abattus au cours de l’aventure.

La nuit, les rues des villes transylvaniennes deviennent définitivement infréquentables…

Les graphismes sont dans la veine d’un Castlevania, gothiques à souhait, inquiétants, soulignant à la fois le côté sinistre des villes mais également l’aspect menaçant et immense des contrées sauvages de la Transylvanie. Cette impression se renforce par l’ajout d’un timer révolutionnaire alternant des périodes de jour et de nuit ayant une influence directe sur l’environnement traversé par Simon. La nuit, les villes et villages se ferment pour laisser la place à des spectres agressifs. Simon ne peut espérer trouver aucune maison ouverte et les contrées sauvages se transforment également en véritable enfer où les ennemis sont bien plus résistants et rapportent bien moins en cœur (l’argent utilisé pour acheter des objets en ville).

Le fameux comte, qu’un jour je rencontrerai paddle en main pour le vaincre!

Non content d’avoir des phases de jour et de nuit chronométrées, Simon’s Quest propose trois fins différentes au joueur selon le temps qu’il aura mis à réunir les reste du comte avant de le défaire définitivement. Un challenge novateur pour l’époque rallongeant la durée de vie du soft et récompensant les hardcore gamers capables de « rusher » le jeu en très peu de temps.

Ce titre est à mes yeux tout simplement classique, cultissime tant l’ambiance, le gameplay et la durée de vie s’accordent pour donner vie à ce chef d’œuvre sensible, touchant et captivant.

Fan de retrogaming, si vous ne connaissez pas ce petit bijou, foncez et, en attendant, (re-) découvrez l’univers de Castlevania via ce speedrun impressionnant où le joueur termine le jeu en moins d’une demi heure…

Découvrez également les nouvelles aventures de Megaman dans son neuvième volet sur console virtuelle!