Il y a quelques semaines, je suis tombé sur cette interview purement honteuse d’un soit disant sexologue qui considérait l’asexualité comme une réponse à notre société hypersexualisée, à la surabondance pornographique accessible à tous, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. En bref, un discours réactionnaire qui réduisait l’asexualité à une pathologie alors qu’il s’agit avant tout d’une orientation sexuelle. Après avoir écrit un billet assez vindicatif, j’ai fait quelques recherches sur l’asexualité et je suis tombé sur le blog Asexualité-s co-animé par différents intervenants.

J’ai eu la chance de pouvoir discuter brièvement avec Calinlapin, l’un d’entre eux et je vous livre cette interview riche en enseignement sur l’asexualité!

Digital Wanderer (DW) :

Bonjour Calinlapin !

Je te remercie de m’avoir accordé cette interview.

Peux-tu, s’il te plait, nous présenter le blog que tu animes ?

Calinlapin :

Bonjour Nhetic ! Si tu permets, avant de commencer, je voudrais te dire merci. Pour l’attention que tu portes au blog mais aussi pour la délicatesse avec laquelle tu traites l’asexualité. C’est vraiment rare.

Maintenant, pour répondre à ta question, j’anime un blog qui s’appelle Asexualité-s et ce depuis trois mois. C’est tout récent donc. C’est un blog où interviennent d’autres auteur-e-s, en particulier Wonktnodi. Et j’aimerai vraiment que ça continue. L’idée de ne pas être le seul contributeur me parait importante pour un blog comme celui-ci, étant donné que mon point de vue n’est ni le plus important ni le seul disponible.

Pour ce qui est de présenter le blog, c’est en fait une question difficile (et intéressante) car je suis encore en train de déterminer sa ligne. De manière générale, je dirai que j’ai ressenti le besoin de le créer à cause du décalage qui existe entre le net francophone et le net anglophone. Pour faire court, depuis une quinzaine d’années un mouvement asexuel est en plein développement, surtout dans les pays anglo-saxons. Et ça génère énormément, énormément de discussions. Des blogs, des forums, des articles, des colloques, de la recherche universitaire, etc. Pour te donner une idée, le forum anglophone de AVEN (Asexuality Visibility and Education Network) totalise à lui seul 2 221 901 messages écrits…

Malheureusement, en France, il n’y avait pas grand chose, à part le AVEN francophone. Et je voulais essayer d’ouvrir une fenêtre sur ces façons toutes nouvelles d’aborder les questions de sexualité. D’où le blog !

—————————————————————————————————————————————————————–

DW : Contrairement à l’abstinence, l’asexualité n’est pas un choix mais une sexualité à part entière. Des « sexologues » semblent voir cela comme un traumatisme, un rejet lié à une société hypersexualisée. Comment expliques-tu qu’autant de doctes personnages soient aussi à côté de la plaque ?

CalinLapin :

Ah ! La réponse courte c’est qu’ils disent ça parce qu’ils l’on lu dans un livre tout aussi docte qu’eux-mêmes. Chacun des deux grands manuels internationaux de psychiatrie fait état d’une « maladie » qui serait l’absence de désir sexuel. Dans l’un d’entre eux, on nomme cette maladie « trouble du désir sexuel hypoactif ». Et ces « maladies » ont une histoire, elles ne sortent pas de nulle part. Par exemple le « trouble du désir sexuel hypoactif » est apparu sous ce nom dans les années 80. Avant, on appelait ça le « trouble du désir sexuel inhibé » (en référence à la théorie freudienne). Et encore avant (on est à présent au début du XXème) on appelait ça « Anaesthesia sexualis » (anesthésie sexuelle)…

La voilà l’explication. Ils pensent qu’il s’agit d’une maladie parce que… on leur a dit que c’était une maladie. Mais ils vont être obligés de revoir leur copie un jour ou l’autre.

—————————————————————————————————————————————————————–

DW : Les homosexuels et les bisexuels sont très fréquemment confrontés à des comportements phobiques vis-à-vis de leur orientation, de même que les personnes trans’ pour leurs identités de genre. Qu’en est-il des asexuels ?

Calinlapin :

C’est très différent. La violence insensée et les injustices systématiques que subissent les personnes L, G, B ou T ont peu à voir avec les réactions que rencontre l’idée de l’asexualité.

Maintenant, il faut voir que 20% des personnes asexuelles dans la communauté anglophone sont trans’ ou en questionnement. Et de même, près de 30% forment ou voudraient former des liens romantiques avec des personnes de même genre (i.e homoromantique et biromantique). Donc tu vois si ces questions se recoupent !

Et il me semble que les points communs ne s’arrêtent pas là. La honte, la violence des normes, le doute, la culpabilité et la solitude sont malheureusement des expériences courantes pour les personnes asexuelles. De même que l’existence d’un « placard » !

—————————————————————————————————————————————————————–

DW : Depuis le lancement de ton blog, as-tu des anecdotes à confier à nos lecteurs ?

Calinlapin :

Je ne sais pas si c’est une anecdote, mais en tout cas j’ai été frappé par l’accueil fabuleux de toutes les personnes qui nous soutiennent et nous ont soutenu. C’est formidable !

—————————————————————————————————————————————————————–

DW : Dans les semaines à venir, y a-t-il un sujet qui va être traité en particulier sur le blog ?

Calinlapin :

Ce que j’aimerais, c’est essayer de mettre en perspectives ces nouvelles façons de penser la sexualité qui sont en train de se développer sous l’impulsion du mouvement asexuel. Mais c’est un projet vraiment ambitieux, donc je fais de mon mieux, avec des hauts et des bas. Pour être plus précis, il faut s’attendre à des bravades du type : « Etes vous vrament sexuel-le ? » mais aussi « Pourquoi ne seriez vous pas hétérosexuel-le et homoromantique ? ». Ce genre de chose. Pour mettre le bazar. Pour troubler nos lectrices et nos lecteurs (rires) !

—————————————————————————————————————————————————————–

DW : J’ai pu voir que le blog avait une présence sur Facebook et sur Twitter. Quelle utilisation en fais-tu ?

Calinlapin :

La vérité c’est que Facebook et Twitter, c’est vital pour ce blog. Surtout Twitter. En gros, ça me sert de caisse de résonnance : je fais la promotion des articles du blog pour que les gens aillent le lire ! Je fais circuler de l’information aussi : des articles, des images, de l’actualité. Et ça marche dans les deux sens : je poste des choses et j’en reprends d’autres. Et enfin, ça me sert aussi à rentrer en contact avec des personnes. Des personnes comme… bah comme toi en fait !

—————————————————————————————————————————————————————–

DW : Bon, il faut le dire, c’est la question HS de l’interview mais c’est aussi le coup de cœur de mon blog : as-tu en ce moment une musique, un artiste à recommander à nos lecteurs ?

Calinlapin :

C’est un peu la question qui tue. Est-ce que je dois te donner le truc méga hipster qui est vraiment trop bien et que je-connaissais-avant tout-le-monde ? Comme ça. Ou bien est-ce que je te dis toute la vérité sur mon moi profond ? C’est un dilemme.

—————————————————————————————————————————————————————–

DW : C’est la fin de cette courte interview. Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Calinlapin : Oui : vestibule.

Pour clore cette interview enrichissante, je vous propose de découvrir quelques billets que j’ai trouvé particulièrement intéressant sur le blog Asexualité-s!

Ce premier billet revient sur les différents cas communs liés à la sexualité et qui font qu’il y a souvent confusion entre sentiments et désir sexuel, entre bien être et sexualité. Cinq histoires qui déconstruisent des évidences qui stigmatisent à tort les personnes asexuelles.

Ce second billet est écrit par une blogueuse invitée, Iphigénie, et vient mettre en lumière que les personnes hypersexuelles et/ou hyperromantiques subissent les mêmes pressions sociales et normatives que les personnes asexuelles et/ou aromantiques. Un témoignage vibrant et magnifique à lire de toute urgence.

Ce troisième billet est une véritable FAQ pour une personne se posant des questions sur ce qu’est l’asexualité. A lire pour évacuer les bêtises professées par les sexologues et autres experts qui n’y connaissent rien.

Et pour clore cette rencontre, le billet de Wonktnodi qui souligne l’importance de donner de la visibilité à l’asexualité pour toutes ces personnes qui ont besoin que leur orientation sexuelle soit reconnue en tant que telle et non traitée avec mépris comme une pathologie par les doctes personnages cités précédemment.