Et là, vous vous dites que j’ai pété un cable…

Quel peut bien être le rapport fortement distendu entre ce groupe des années 80, le zombie et la saga Resident Evil?

Vous allez le savoir dans quelques minutes.
D’ores et déjà, je voulais vous présenter ce vidéo clip et cette chanson qui a été, je dois dire, un vrai coup de cœur, aussi bien esthétique que sensible. Les lyrics sont magnifiques, les rythmiques envoutantes et du clip émane une sensualité trouble, un désir flagrant mais contenu, quelque chose de profondément dérangeant, un fétichisme évident…

The Chauffeur est sorti en 1982 sur l’album Rio de Duran Duran et l’image n’a pas pris une ride, le noir et blanc donnant un cachet particulier à l’ambiance de l’histoire.

Là, je suis certain que vous commencez à voir où je veux en venir avec mes gros sabots.

Cette composition a bénéficié d’une cover par un groupe que j’affectionne particulièrement, à savoir Deftones et cela dans le soundtrack de Resident Evil: ApocalypseLe style metal du groupe se marrie remarquablement bien avec la chanson originale et restitue de manière plus brute l’ambiance flottante portée par la voix du chanteur.

Mais j’avoue que j’ai particulièrement apprécié la version sortie en 2007 qu’en a fait Sleepthief, un groupe américain d’electropop.
La sensualité, le trouble provoqué par l’originale se ressentent d’autant plus dans cette cover. Chant soutenu par deux voix, clip aux images évoquant un meurtre perpétré par la même personne mais sous l’emprise d’une autre personnalité, autant d’éléments troublants qui me font aimer cette cover!

Et pour clore ce billet, je vous laisse parcourir les lyrics dont je parlais en amorce et qui sont tout simplement sublimes:

Out on the tar plains, the glides are moving
All looking for a new place to drive
You sit beside me, so newly charming
Sweating dew drops glisten, freshing your side

[CHORUS]
The sun slips down bedding heavy behind
The front of your dress all shadowy lined
And the droning engine throbs in time
With your beating heart
Sing Blue Silver

Way down the lane away, living for another day
The aphids swarm up in the drifting haze
Swim seagull in the sky
Towards that hollow western isle
My envied lady holds you fast in her gaze

[CHORUS]

And watching lovers part, I feel you smiling
What glass splinters lie so deep in your mind
To tear out from your eyes
With a word to stiffen brooding lies
But I’ll only watch you leave me further behind

[CHORUS]