LOLCATCela va sans dire, je vous l’ai déjà expliqué dans ce billet, je suis contre le couple, tout simplement parce que le concept en lui-même intègre tant d’injonctions sociétales que ça en ait à vomir.

Le couple tel que le conçoit le monde, c’est l’union sacrée entre deux individus (un homme une femme pour les bien pensants opposés au mariage homosexuel) qui découvrent enfin la complétude après ces années d’errance dans les plaines mornes et sinistres du célibat. Bref, le couple, c’est la destination finale avant le cercueil et l’enterrement.

Et voilà que Numerama remonte cette recommandation faite par Julien Damon, expert en pauvreté qui conseille, entre autre, de nationaliser Meetic pour lutter contre la pauvreté en recomposant des foyers par la magie de la rencontre amoureuse. L’injonction est belle et devrait être à présent institutionnalisée…

N’oublions pas que tout(e) célibataire a fatalement quelque chose de cassé en lui et qu’il n’y a pas mieux pour le faire culpabiliser d’intégrer en plus une notion économique en présentant sa possible précarité économique comme résultant directement de sa solitude sentimentale.

Le saut de puce est assez surprenant et ne prends pas en compte, je pense le microcosme propre aux sites de rencontres, quels qu’ils soient. Souvenez-vous et ça n’a pas évolué d’un iota!
Les sites de rencontre misent avant tout sur la consommation tant sexuelle que relationnelle puisque la plupart des personnes inscrites sur ces sites recherchent une autre personne pour satisfaire une liste basique de critères à remplir pour être le conjoint parfait.

Le physique a son importance, cela va sans dire.
L’homme parfait est grand, c’est le critère nécessaire pour une bonne présentation en société. Il doit par ailleurs être bricoleur, aimer les enfants, avoir de l’humour et penser bien entendu au mariage… à terme. La femme est mince, féminine, sait se soigner, subit toutes les injonctions liées à la société parce qu’une vraie femme sait ce qu’elle doit faire pour satisfaire le vrai mâale (merci à l’Elfe pour ces deux articles qui décrivent des clichés bien trop commun).

Les sites de rencontres hétéro mainstream sont infestés de personnes recherchant des fantasmes, se décrochant de la réalité pour tenter de se perdre dans des sirènes marketing.
Et ce ne sont pas les players qui vous diront le contraire puisqu’eux aussi y vont de leurs conseils pour expliquer comment « chopper » de la gonzesse en répondant au mieux aux attentes virtuelles de ces dames. Parce que, tout simplement, il ne faut pas oublier, selon ce prisme de compréhension que les femmes sont des clichés ambulants qu’il ne faut surtout pas surprendre autrement que par des stratégies de manipulation où le plus important n’est pas l’authenticité mais la capacité à faire croire que vous correspondez à ce qu’elles désirent. Habile… ou pas…

Nous pourrions également parler des plans culs et de certains blogs incitant au viol en prétextant que les femmes veulent des vrais mâales qui les forcent (l’Elfe, encore elle, développe le sujet plus longuement ici) mais ça ne rentre pas encore dans cette proposition saugrenue faite par Julien Damon. Bien heureusement mais ça en dit long sur ce que les sites de rencontre peuvent contenir de personnes à côté de la plaque qui prennent pour argent comptant ces pseudo coachs séduction…

Pour revenir à notre sujet, soyons clairs, ce n’est pas le couple qui va régler les problèmes de paupérisation de la société française.
Ce n’est pas en intégrant une injonction supplémentaire et en culpabilisant les célibataires et les divorcés qu’une fois de plus, l’on va résoudre cette problématique.
Un Etat ne devrait jamais se mêler des affaires amoureuses et sexuels de ses administrés. Les dérives sont bien trop tentantes au point de réguler ce qui est autorisé, de ce qui devrait être proscrit au nom d’une morale économique plus que douteuse. La séduction, déjà suffisamment maltraité par les sites de rencontre et les players, ne mérite pas d’être ainsi instrumentalisée au risque de faire beaucoup de mal à l’ensemble des individus quel que soit leur genre ou orientation sexuelle.

L’Etat provoque déjà la paupérisation des célibataires par des taux d’imposition accrus pour les personnes seules ainsi qu’une difficulté pour accéder aux aides sociales.
N’en rajoutons pas en responsabilisant ces personnes d’être seules de leur volonté ou par obligation.

L’idée d’un Pôle Emploi de l’amour est tout simplement à combattre et à refuser, ne serait-ce que pour éviter de voir nos vies très privées exposées aux yeux de tout-e-s.

Personne ne mérite cela, pas même le plus désespéré des morts de faim…