Up_-_Peter_Gabriel

Peter Gabriel, c’est sans nul doute, un des artistes qui m’a le plus touché durant mon adolescence et qui continue de bercer mes nuits comme mes journées avec ses chansons intimistes où filtrent colère et amour, lumière et ténèbres.

Darkness est la piste ouvrant l’album Up sorti en 2002 et c’est une ouverture de toute beauté avec une chanson qui sait réinventer le style Peter Gabriel en y intégrant des sonorités contemporaines.
Il n’y a pas à dire: il sait évoluer avec son temps.

Une composition en plusieurs mouvements qui nous enlace et nous emporte au coeur d’une introspection de nos peurs.
Peur d’aimer un homme ou une femme, peur de sombrer dans la peur de soi, de l’autre, tout simplement.

Une chanson qui est terriblement d’actualité alors qu’homophobie, xénophobie, j’en passe et des pires se manifestent et se font entendre de plus en plus fort.

Cette création de Peter Gabriel est une belle réponse à toutes ses phobies, un manifeste puissant rappelant que cette peur, c’est avant tout nous qui la portons, la nourrissons et donc, c’est aussi nous qui pouvons y mettre un terme en acceptant l’autre tel qu’il est.

Mais trêves de paroles et voici la chanson en live (ou en studio pour celles et ceux qui préfèrent) accompagnée des lyrics:

i’m scared of swimming in the sea
dark shapes moving under me
every fear i swallow makes me small
inconsequential things occur
alarms are triggered
memories stir

it’s not the way it has to be

i’m afraid of what i do not know
i hate being undermined
i’m afraid i can be devil man
and i’m scared to be divine
don’t mess with me my fuse is short
beneath this skin these fragments caught

when i allow it to be
there’s no control over me
i have my fears
but they do not have me

walking through the undergrowth, to the house in the woods
the deeper I go, the darker it gets
i peer through the window
knock at the door
and the monster i was
so afraid of
lies curled up on the floor
is curled up on the floor just like a baby boy

i cry until i laugh

i’m afraid of being mothered
with my balls shut in the pen
i’m afraid of loving women
and i’m scared of loving men
flashbacks coming in every night
don’t tell me everything’s alright

when I allow it to be
it has no control over me
i own my fear
so it doesn’t own me

walking through the undergrowth, to the house in the woods
the deeper i go, the darker it gets
i peer through the window
knock at the door
and the monster i was
so afraid of
lies curled up on the floor
is curled up on the floor just like a baby boy

i cry until i laugh