cyberpunk_icon_by_sparrow_chan-d79orkx

Cyberpunk icon ©2014-2016 sparrow-chan

Deus Ex Machina, Ex Nihilo ou encore Le Monde pour Ennemi.

Ces trois  titres vous disent peut-être quelque chose.

Si ce n’est pas encore le cas, suivez le lapin blanc (enfin les liens ^_^) et vous en saurez déjà sûrement plus.

J’aime le cyberpunk, eu égard beaucoup de liens mais aussi mes contributions via Pirastim aux nouvelles dans ce type d’univers.

Je vous livre ici une expérience toute personnelle de micro-nouvelles, en format épisode que vous pouvez lire d’un coup ou de manière indépendante !

Voici ce que vous pouvez déjà lire dans l’ordre:

A vous de me dire ce que vous en pensez et de partager autour de vous si cela vous plait !

Bonne lecture 🙂

L’odeur du sang l’attirait désespérément vers l’obscurité. Sensualité déviante, infection purulente et fièvre abominable… Jack sombrait dans un enfer personnel peuplé de souvenirs jusqu’alors verrouillés.

Random Access Memory

Les lettres s’estompèrent pour laisser place à son délire. Sous un ciel gris, il progressait vêtu d’un complet gris, un attaché case dans la main. La pollution et les nuages de poussière soulevés par le vent l’étouffait. Il respirait difficilement et se raccrochait au souvenir de sa femme et de sa fille qui l’attendaient à la maison. Il travaillait avec acharnement pour cette méga-corporation sans visage, conscient que ce qu’il vendait détruisait peu à peu l’environnement et le futur de son enfant unique. Jack ne voyait pas comment s’en sortir.

Le sol se souleva sous ses pieds et les buildings de verre se fissurèrent sous l’impact de la secousse. Il mit genoux à terre, ferma les yeux. Lorsqu’il les rouvrit, le chaos régnait. Sa mémoire lui rappela qu’il venait de vivre la pire catastrophe à laquelle Philadelphie devait être confrontée dans son histoire.

Il chancela et plongea.

REST IN PEACE

La dérive continuait et Jack tambourinait avec rage sur la pierre tombale où les noms de sa femme et de sa fille avaient été gravés grossièrement au milieu des milliers d’autres victimes de cette catastrophe sans précédent. Les médias parlaient d’un accident. D’autres sources qualifiées de conspirationnistes faisaient état d’une erreur de jugement de Fractal Corp, l’employeur de Jack. Un forage aurait déclenché la secousse. Bien entendu, le comité de direction de la méga-corporation niait toute responsabilité dans le drame.

Jack démissionnait dans la semaine suivant la tragédie et commençait à fomenter des idées de vengeance.

En peu de temps, il contactait les bonnes personnes.

INTRUDER DETECTED

La conscience de Jack se perdit jusque dans les couloirs aseptisés de Fractal Corp. Vingt minutes, c’est tout ce qu’il avait pour parcourir le chemin pré-enregistré dans ses lunettes à réalité augmentée et atteindre la salle où le comité de direction se réunissait ce mercredi midi. La lame en damassé glissée dans son dos lui servirait à commettre son forfait avant qu’il ne se donne la mort au nom de son groupe révolutionnaire. Néo-Philadelphia ne pouvait être menée par ce ramassis de financiers sans éthique.

La porte à double battants vola en éclats sous la décharge électrique de son taser trafiqué. Les alarmes résonnèrent. La drogue de synthèse qui courait dans ses veines améliorait ses réflexes et, d’un bond, il tranchait la tête d’un des sept membres du directoire. Le président au bout de la table ovale s’acharnait sur un bouton d’appel. Jack lança sa lame en plein dans le torse de l’homme et bondit pour récupérer son arme. Il ne lui restait qu’à activer la charge explosive pour faire voler en morceaux ces hommes avides de pouvoir.

Le sabotage retarderait pour plusieurs années le plan de prise de contrôle de Fractal Corp sur l’ensemble de la ville en pleine rénovation.

Trop tard : les forces de sécurité investissaient la pièce. L’un des membres de l’assemblée piaula d’une voix rendue suraigüe par la terreur :

« Jenkins, maîtrisez l’intrus ! »

Un moment d’hésitation de trop pour Jack alors que le géant en armure de vibracier fondait sur lui pour l’immobiliser avec une dextérité surprenante. A terre, Jack pestait, incapable de mener son forfait jusqu’au bout. Le sourire de son bourreau, dernier souvenir avant le trou noir…

Processing Memory Erasing

Entravé, paralysé, drogué, Jack voyait les électrodes s’approcher de son front. La pose lui arracha un léger grognement. La barre de progression sur l’écran en face de lui se remplissait à mesure que ses souvenirs le quittaient. Les traits de sa femme et de sa fille se dissipèrent pour devenir des pages blanches.

« Il est à toi, Jenkins. Fais-en ce que tu veux. »

Rires vulgaires et toujours ce sourire dans ce visage sans grâce.

Silent Jack released

Le goût du sang dans l’arène et cette femme face à lui. Des griffes en guise d’armes. Sa vibrolame qui danse devant ses yeux. La drogue le mène et soudain le coup qui la transperce. Le corps presque inerte parcouru de secousses et le réveil.

Le sang de cette femme inconnue se répandait sur sa main reconstituée. Que faisait-il dans cet appartement minuscule bien trop loin de l’arène où il pensait avoir toujours vécu ?

Ses souvenirs affluaient de toute part. Il dégagea doucement sa lame du corps qu’il allongea avec tristesse sur le lit au centre de la pièce. Sur le visage de sa victime se lisait stupeur et terreur. Il nettoya son sabre et le rangea délicatement dans son fourreau avant de jeter un œil par la fenêtre unique. La rue en contrebas bourdonnait de cette vie qu’il ne connaissait plus depuis longtemps.

J. avait tenu parole en restaurant sa mémoire. Son implant auditif émit un sifflement aiguë au point qu’il grimaça de douleur.

AWAKENING ENGAGED

Il sursauta en entendant la commande vocale et se retourna. Le cadavre sur le lit convulsait et des arcs électriques en provenance des appareils numériques convergèrent vers la femme morte. Elle se redressa comme un pantin, la bouche entrouverte dans un cri silencieux. Ses yeux grands ouverts crépitaient. Jack contemplait avec terreur ce phénomène incompréhensible. L’électricité cessa soudain de se déployer dans la pièce et le corps retomba mollement sur le matelas.

La cage thoracique se soulevait à rythme régulier et la femme se redressa, toute blessure disparue. Ses yeux s’ouvrirent sur un Jack médusé. J. lui sourit avec candeur, heureuse d’avoir enfin son corps à elle après toutes ses années passées en captivité dans le corps de Jeremiah. Avec mesure, elle choisit ses mots :

« Merci, Jack, d’avoir libéré ce corps pour moi. Jeremiah t’a offert la liberté de te souvenir. Remercie-le en venant m’aider à le délivrer de ce Jenkins que tu détestes autant que moi… »

Lisez la conclusion de cette saga !