Pour ce premier billet dans cette catégorie, je vais vous faire découvrir le groupe de punk/néo metal japonais Maximum The Hormone. Je décline d’ores et déjà toute responsabilité en cas de saignement des oreilles, les compositions de ce groupe ayant un coté brut de décoffrage. Enfin, vous allez comprendre plus loin.

Actif depuis 1998, le groupe est composé de quatre membres :

–          Maximum the Ryo à la guitare et au chant

–          Daisuke Tsuda au chant

–          Nao à la batterie et au chant

–          Ue-chan à la basse

Tout le groupe chante ou presque, Ue-chan participant au choeur très fréquemment, ce qui donne un coté très « vocal » aux compo.

Pour rentrer dans le vif du sujet, je vous propose d’écouter et de regarder un extrait du clip d’un de leurs derniers singles :

Je pense que vous avez dû avoir une belle surprise aux alentours de la deuxième minute de la chanson.

C’est la particularité du groupe d’avoir un style volontairement provocateur, se moquant des styles de musique plus consensuels. Qui plus est, cette chanson représente assez bien le côté fusion de leurs compositions mêlant des influences très variées, rendant leur style difficile à classer. Punk/Neo metal, ça reste assez vague au vue de la diversité de leur création.

Un exemple évident avec Rokkinpo Goroshi

Rythmique variée  qui peut  sembler destructurée, des voix qui alternent entre chants et grognements, du plus pur Maximum The Hormone avec un clip visuellement très intéressant sans le coté provocateur que l’on retrouve dans le clip suivant qui se moque de nombreux courants musicaux populaires, que ce soit le Visual Kei (metal/rock japonais mettant au même niveau la musique et l’esthétique visuelle), le Rap ou la Pop.

Zetsubou Billy

Cette chanson est également l’ending de l’animé Death Note.

A nouveau, il est possible de constater au fil de la composition des « séquences » et des évolutions tout au long de la chanson, ce qui la rend variée et très imprévisible. Les voix sont variées et soulignent cet aspect évident du groupe.

Nous restons dans la moquerie avec Koi no mega lover

Toujours et encore les mêmes décrochages et variations surprenantes. Si votre oreille est parvenue jusque là, vous devez être habitué et commencer à discerner les harmonies et la structure hyper carrée des compositions.

Aussi, je suis certain que vous apprécierez cette chanson qui les a rendu célèbre au côté de l’ending de Death Note cité plus haut.

What’s up people

Vos oreilles ne saignent pas trop? XD

C’est aussi le talent de MTH que d’arriver à produire des chansons péchues qui donnent envie de se trémousser !

Qu’en pensez-vous ?

Découvrez également d’autres nouvelles tendances de la scène JRock!

Publicités