Depuis quelques temps, l’idée d’écrire un billet sur World of Tank (WOT pour les intimes) me trotte dans la tête. Étant à la fois très simple et très complexe je me suis demandé comment aborder ce jeu sans noyer le lecteur. Et aujourd’hui, enfin, j’ai été touché par la Grâce !

Si vous optez pour la simplicité, lisez juste le paragraphe ci-dessous et, si le cœur vous en dit, profitez de la vidéo de gameplay qui suit.
Pour les autres, vous avez de la lecture …

WOT c’est simple

Dans WOT vous prenez les commandes d’un char en équipe de 15 contre 15 avec pour objectif de dégommer l’équipe adverse ou de capturer sa base. Au fil des missions vous accumulez de l’expérience et des crédits pour améliorer vos boîtes de conserves et acheter des chars toujours plus puissants.

Les contrôles sont basiques : 4 touches pour se diriger + la souris pour orienter la tourelle et tirer.
Il existe 5 classes de chars : les chars légers, moyens et lourds, les chasseurs de chars et les artilleries.

Les parties sont limitées à 15 minutes maximum et se terminent bien souvent avant. Il existe une vingtaine de cartes allant de l’environnement urbain aux sables de l’Afrique.

Enfin, le jeu suit le modèle du Free to Play (jeu gratuit + micro-paiement pour de petits avantages totalement dispensables) et ne se joue qu’en ligne (pas de mode solo, pas de bots).

Ça c’est pour le côté simple.

WOT c’est complexe

WOT est facile à appréhender mais difficile à maîtriser. Vous vous dites peut être que c’est un jeu à la « moi voit moi tue » ?

En fait ça serait plutôt …

Moi voit, moi tire mais moi rebondit sur grosse plaque de tôle

Chaque char possède des points de vie et un blindage. Pour détruire un char l’obus doit passer le blindage et descendre ses points de vie jusqu’à 0. Jusque-là tout va bien.

Or, dans WOT tout est fait pour que le système de jeu soit le plus réaliste possible.

Chaque canon, et par conséquent, chaque type d’obus possède une valeur de pénétration de blindage, par exemple 35. Cela signifie donc qu’un obus tiré à bout portant sur un blindage vertical peut pénétrer 35 mm de blindage … sauf qu’un blindage verticale c’est justement ce que tout bon char ne possède pas!
Vous avez donc 2 solutions : tirer sur un blindage incliné (au risque de ricocher) ou trouver les points faibles de votre adversaire. Et c’est là que le jeu prend toute sa saveur.

Allez-vous tenter une manœuvre de contournement, et donc vous rapprocher, pour lui tirer dans le dos (blindage plus faible)?
Compterez-vous sur votre propre blindage pour encaisser et votre canon pour tout raser même en face à face?
Préférez-vous sniper ses chenilles pour l’immobiliser et permettre à vos coéquipiers plus lourds de s’en occuper?

Tout est question de choix

Dès votre première bataille vous devrez effectivement faire un choix : de base dans votre garage vous possédez 4 chars (1 par nation). Sachant que chaque nation possède ses avantages et inconvénients allez-vous choisir :
Les allemands pour leur précision?
Les russes pour leur blindage?
Les français pour leur rapidité (cocoricoooo!)?
Ou les américains pour leur cadence de tir?

Puis votre première bataille terminée vous pourrez dépenser votre expérience et vos crédits durement gagnés pour améliorer votre fer à repasser voire même débloquer un char de niveau supérieur! Oui mais lequel?

Le char léger chargé de la reconnaissance et du harcèlement des artilleries?
Le char moyen plus versatile?
Le char lourd peu mobile mais très résistant?
Le chasseur de char sans tourelle mais très efficace pour sniper?
Ou l’artillerie pour bombarder par au-dessus et soutenir l’avancée de son équipe?

Heureusement, le choix n’en est pas réellement un car vous pouvez développer tous les chars de toutes les nations si le cœur vous en dit (et si le temps ne vous manque pas !). Il existe 10 niveaux de chars (appelé Tier) : du ridicule tier 1 que l’on trouve dans le garage quand on se connecte la première fois au monstrueux Tier 10 impossible à camoufler.

Je suis un arbre

Et oui « camoufler »! Pour survivre, vous devez jouer avec l’environnement et utiliser les couverts et dénivelés du terrain au mieux. Mais attention, un obus peut toujours exploser la cabane en bois derrière laquelle vous pensiez être à l’abri.

De même, la meilleure défense est bien souvent … l’embuscade. Le jeu prend en compte la ligne de vue et chaque char possède une portée de détection. Ainsi, vous serez nettement moins visible en étant immobile et caché dans un buisson sous un filet de camouflage que lancé à fond de train dans une plaine.

Encore, encore …

Je pourrais continuer pendant longtemps comme ça à vous parler de ce jeu fabuleux mais le mieux est très certainement de le télécharger et de l’essayer par vous-même. Les premières parties se font dans la douleur mais détruire son tout premier char en duel n’en est que plus gratifiant.

Le meilleur conseil que je puisse vous donner pour débuter c’est « rester à couvert et ne vous précipitez pas« . Les premiers tués sont généralement les plus pressés. Prenez le temps d’étudier le terrain et ne sortez pas seul. On ne sait jamais quelle mauvaise rencontre on peut faire dans les vastes plaines soviétiques.

Enfin, n’oubliez pas que, une fois détruit en jeu, votre char est inutilisable le temps que la partie se termine. Mais il vous en reste 3 autres pour lancer une nouvelle bataille.

Dégainez les ouvres boîtes et sortez les parapluies en tôle, il va grêler du fer !

World of Tank c’est :

+ 100% gratuit (mais pas du gratuit pourri, du gratuit manucuré, bichonné, ciselé)

+ addictif car les parties sont rapides et ne se ressemblent pas

+ des mises à jour tous  les mois et demis

+ du fun en barre avec des amis en audio

+ un jeu pour casual …

+ … et aussi pour moustachus de la Wehrmacht adeptes du SdKfz 141 Panzerkampfwagen III ou du Pak 43 88mm monté sur un Jagdpanther

 

–  un jeu en équipe soumis à tout ce que le jeu online peut comporter de boulets / kevins / lémuriens / campeurs / etc…

– chronophage comme jamais (et je tairai mon nombre de parties !)

A toi courageux lecteur qui m’a lu jusque-là, je m’en vais te dévoiler les ultimes secrets de World of Tank.

L’Équipage : au fil des batailles, votre équipage s’aguerrit avec le char qu’il contrôle. A 100% de maîtrise chaque membre peut recevoir une compétence allant d’un bonus au camouflage à une distance de vue augmentée ou une meilleure capacité de virage.

Les Modules : chaque tank est composé de plusieurs zones appelées modules (chenilles, radio, canon, tourelle, moteur, périscope). En visant une zone précise il est possible d’endommager un module précis, comme par exemple immobiliser un char en le déchenillant ou le mettre en feu en visant le moteur. Il est aussi possible de tuer les membres d’équipage pour réduire l’efficacité du char (chargeur tué = rechargement du canon plus lent).

Les Équipements :

  •  Les consommables : détruits à l’utilisation ils permettent d’éteindre un incendie, réparer un module ou soigner un membre d’équipage. Les autres sont très peu utiles.
  • Les équipements « en dur » : assez chers à l’achat ils offrent des bonus divers (camouflage, précision, rechargement, etc..)

Types d’Obus : il existe 3 types d’obus dans WOT.

  • AP (armor piercing) : ils doivent percer le blindage pour infliger des dégâts
  • HE (high explosive) : ils explosent à la surface du blindage à cause de leur faible pouvoir pénétrant. Ils infligent moins de dégâts que les AP mais blessent presque à chaque fois.
  • APCR / HEAT (obus gold) : achetés avec du vrai argent ils sont principalement utilisés en guerres des clans. Ce sont des obus AP avec une meilleure pénétration. Totalement dispensables !

Les Golds : il s’agit de la monnaie du jeu acheté avec de vraies brouzoufs. Les golds permettent d’acheter :

  • Des jours de premium : +50% XP et crédit
  • Des chars premium : pas forcement meilleurs que les chars en libre-service mais gagnant beaucoup plus de crédits.
  • Des obus premium : utilisés en guerre de clan principalement
  • Des camouflages : aucun avantage en jeu c’est juste pour dire « c’est moi qui ait le plus beau !»
  • Des crédits : aucun intérêt

Rien d’indispensable n’est vendu en gold. Il est tout à fait possible (et même recommandé) de jouer sans !!

Guerres de Clans : en créant un clan il est possible de participer à la « clan war ». Sur une carte de  l’Europe et de l’Afrique du nord l’objectif et de conquérir et de conserver un maximum de territoires. Ceux-ci rapportent une somme de golds à la journée. A réserver aux accros.

Communication et Aspect Social : le créateur de WOT, Wargaming.net suit son bébé avec beaucoup d’attention. Entre les événements en jeu et hors-jeu, les promotions, les focus sur des batailles historiques ou des chars il y a une perpétuelle effervescence autour du jeu.

Je vous laisse regarder la vidéo de l’E3 2011 ci-dessous :

Deux autres jeux basés sur le même modèle sont en préparation : World of Warplane (en béta) et World of Battleship (en développement).

Rien d’anormal quand on sait que l’ambition de Wargaming au lancement de WOT en avril 2011 était d’avoir 60 000 joueur. Au mois d’avril 2012 ils en avaient plus de 10 millions totalisant près de 19 millions de chars dans les garages.

La tôle rapporte cette année et elle est en or massif …

Pour terminer la présentation des chars français parce que quand même pour une fois que nous sommes intégrés dans un jeu il fallait le souligner.

Et en easter-egg d’été, 2 teasers humoristiques pour WOT :

Teaser 1
Teaser 2

Découvrez également la critique du Concombre sur Diablo 3!

Publicités