Réalisateur : Rian Johnson
Acteurs : Joseph Gordon-Levitt, Bruce Willis, Emily Blunt, Paul Dano

Sortie le : 31/10/12

L’histoire :

Dans un futur proche, le voyage dans le temps devient réalisable mais vite interdit.
Seuls les criminels l’utilisent, de manière illégale, et afin de faire executer dans le passé des personnes gênantes par des « Loopers », tueurs à gages.
Joe est un Looper. Il fait son boulot jusqu’au jour où la personne qu’il doit exécuter est lui-même… Avec 30 ans de plus.

La critique :

Le voyage dans le temps

Thème puissant dans la science-fiction, peu abordé finalement mais donnant toujours naissance à des films cultes (Retour vers le futur, L’Armée des 12 singes, Minority Report) et trituré sous toutes ses formes dans les 94 épisodes de l’immense série Code Quantum, le voyage dans le temps a la particularité de ne pas nécessiter forcément beaucoup de moyens financiers (cf La Jetée, de Chris Marker) mais de s’appuyer sur un scénario en béton.
Looper fait partie de cette catégorie.
Par rapport à ce que l’on peut voir en ce moment au cinéma parmi les gros blockbusters, on sent effectivement qu’il n’y a pas un budget colossal derrière ce film, mais le temps est symbolisé par des objets (la montre ancienne de Joe) ou la rencontre d’un autre « soi » plus vieux. La description du futur n’est pas des plus originales (un futur glauque où la pauvreté règne et où seuls les criminels ont l’air de tirer leur épingle du jeu), mais reste réaliste et on y adhère facilement.

Un personnage, deux acteurs

Le début du film est un peu lent à démarrer car le personnage de Joe est décrit dans toute sa superficialité (pour faire pendant à son évolution dans le film) mais de manière répétitive et il faut attendre l’arrivée de Bruce Willis (qui joue Joe plus âgé) pour que l’histoire prenne vie. Plutôt que de choisir de maquiller un acteur pour le faire paraître plus âgé (comme Brad Pitt dans L’étrange histoire de Benjamin Button), deux acteurs distincts incarnent Joe, et à la base ils ne se ressemblent pas du tout (merci le maquillage) !
Cela les a donc obligé à travailler le mimétisme et c’est très intéressant à l’écran et donne lieu à des scènes de face à face assez réussies. On retrouve donc notre Bruce Willis homme d’action (mais ne vous inquiétez pas Joseph Gordon-Levitt est très bien aussi) et notre patience est récompensée car la seconde partie du film est pleine de très bonnes surprises.

Le Maître des Pluies

En effet alors que le scénario paraît tout annoncé (Joe jeune veut sauver sa peau et Joe vieux aussi !), de nouveaux personnages (dont Emily Blunt) arrivent et prennent une place importante dans l’histoire car ils ont eux aussi leur rôle à jouer, modifiant peu à peu le futur. Qui est donc le mystérieux futur Maître des Pluies, dirigeant de la pègre qui va renvoyer Joe se faire tuer dans le passé ?
Peut-on changer le futur, et doit-on le faire ?
Des questions essentielles quand on voyage dans le temps. Il faut que la boucle soit bouclée. C’est ce qui rend ce sujet si passionnnant.

Le trailer :

Je recommande vivement ce film à tout fan de science-fiction.
Deux seuls petits regrets : la violence de certaines scènes (ou est-ce moi qui me fait trop vieille ?), et la trop brève apparition de l’excellent Paul Dano (There will be blood, Little Miss Sunshine).
Quand on a des acteurs comme ça il faut les faire jouer bordel !

Autre univers tout aussi fascinant, découvrez Frankenweenie, le dernier bébé de Tim Burton!

Publicités